Fin du suspens, aujourd’hui, je vous parle de Jean-Luc. LE Jean-Luc.

Jean-Luc est en tout point conforme au concept de « Jean-Luc » que la vie s’est chargée de façonner pour moi. Franchement, ses parents ont eu du pif : appeler leur môme « Jean-Luc » sans imaginer à quel point ce gars-là collerait au personnage, moi je dis BRAVO !

Si dans 60 ans, une blogueuse parle de mon Edgar comme le fantasme vivant des Edgar, je n’aurais décidément pas tout raté dans ma vie.

Bon. Revenons à Jean-Luc.

Déjà, il a l’âge du Jean-Luc puisqu’il est un digne représentant des enfants chéris du baby-boom qui ont traversé 5 ou 6 décennies en se laissant  hisser tranquillou bilou par le hasard et les événements vers leur statut social de « Jean-Luc » bonifié.

Jean-Luc travaille au même endroit que moi (tout en ignorant bien entendu que la coincée du bout du couloir mène une double vie sous le sobriquet de « Momone »).

Jean-Luc n’est ni beau ni moche, au-dessus des contingences physiques, il est a-physique. Jean-Luc, il est gentil. Jean-Luc, il parle beaucoup de ses problèmes d’argent. Parce qu’il en a beaucoup, de l’argent (rapport au fait qu’il a traversé les 30 glorieuses à califourchon sur une licorne pendant que le blé tombait tout seul, son seul mérite étant d’être né au bon moment, au bon endroit).

Mais je m’édgare.*

Jean-Luc, il est gentil parce qu’il s’intéresse de plus en plus à moi au fur et à mesure que mon ventre s’arrondit. Alors qu’auparavant, il fallait qu’on se tombât dessus par hasard pour que l’on se salue d’un serrement de mains (même à 18h), il fait désormais chaque matin le détour par mon bureau pour me dire bonjour.

Avec systématiquement la même phrase :

« ALORS, çA POUSSE ? »

Et moi, je pense immanquablement à « poussez Madame, ça va bien finir par sortir ».

Le problème : il ne fait pas que me saluer, non, il me cause !! Il me parle de ses filles qui ont accouché/vont accoucher/viennent de tomber enceintes. (Jean-Luc est muni de plein de filles qui ont l’air très fertiles). Il me raconte leur vie avec force détails. Il me montre des photos.

J’ai craint un matin de ne pouvoir échapper à l’épisio de la dernière accouchée mais non, il voulait juste me montrer une vidéo du rejeton qui rampait…

L’autre jour, il était content car une de ses filles venait de lui annoncer qu’elle était enceinte DE 6 SA (oui, vous avez bien lu, j’ai mis en gras pour que ce soit plus clair).

Qu’une averse d’étrons frais veuille bien lui être déversée sur sa sale tronche de fertile insouciante. **

Jean-Luc est heureux. Les filles de Jean-Luc font plein de beaux nenfants en pleine forme. La vie est belle.

Après le couplet sur ses gamines, j’ai droit aux questions sur mes symptômes de grossesse.

On est bien d’accord que Jean-Luc ne sera jamais au courant de quoi que ce soit se rapportant à ma grossesse (ni à ma vie privée d’ailleurs), que si j’avais la moindre fuite urinaire ou les seins qui coulent, j’en parlerais d’abord sur ce blog avant d’aller prouver mes dires à Jean-Luc.

Mais ça Jean-Luc, y comprend pas. Alors tous les matins, après le « Alors, ça pousse », après le couplet sur ses princesses et leurs morveux, j’ai droit à l’interrogatoire sur mes maux de grossesse.

Invariablement, je réponds : « Tout va pour le mieux, Jean-Luc, je te remercie, je suis au top de ma forme! ».

Illico, le visage de Jean-Luc se ferme un peu et il me quitte d’un « bonne journée alors ».

Que faire pour le contenter ? M’inventer des hémorroïdes ? Cela pourrait le calmer quelques temps mais après, ce sera l’escalade, il en voudra toujours plus …

Ce manège social annonce aussi la suite d’ici quelques mois : les « alors, fait-il ses nuits? », les « combien de dents à x mois », les « ah parce qu’il ne marche pas encore ? », etc, etc, etc.

Et là, j’aurai droit à la comparaison systématique avec ses petits-enfants.

Je me dois de ne pas laisser prise à cette spirale infernale en continuant avec ce mantra : « tout va pour le mieux, Jean-Luc ».

Peut-être qu’il laissera tomber de lui-même, à force. Ce cirque pourra durer encore longtemps. C’est qu’il lui reste encore quelques trimestres à cotiser avant de prendre sa canne à pêche. Le bougre.

Mais en attendant, Jean-Luc, tous les matins, il vient prendre des nouvelles gratuitement sans en prendre prétexte pour me parler du boulot ou pire, me filer du boulot.

Alors, la coincée du bout du couloir, elle dit merci à Jean-Luc, incarnation parfaite des Jean-Luc de cette terre qu’elle a croisés jusqu’à présent.

 

*****

PS : évidemment, il existe certainement des Jean-Luc qui portent mal leur prénom, peut-être en connaissez-vous, peut-être même qu’un Jean-Luc fait partie de mon lectorat ?!

*oui, c’est nul et j’assume

** c’est pas gentil et pas bienveillant mais plus ça va, plus j’ai des crises de franchise. J’en parlerai certainement dans un futur billet de blog.

44 commentaires sur « Jean-Luc ! »

  1. Le pauvre on le sent frustré de ne pas avoir de détails croustillants de ta grossesse ! Comme tu dis Ça ne sent que le début des interrogatoires et des comparaisons…. Va falloir trouver une parade mais laquelle ??

    J'aime

  2. Hou la Momone est en forme!!! Elle a l’inspiration des grands jours!!! Tu m’as bien fait rire et merci, grâce à toi, j’enrichis mon vocabulaire et ma réserve d’insultes (j’en ris encore 😅)!!!
    Et bonjour à Jean Luc !

    J'aime

  3. Ah les Jean-Luc… Entre eux et les Yvonne (celles qui ont des gosses mais ont aussi décidé de faire passer leurs carrières avant tout et donc ne te demandent jamais comment vont ton/tes enfants, si tu vas bien, comment tu t’organises pour bosser autant et faire des trucs avec eux quand même, etc…) c’est à croire que personne n’essaie de trouver un juste milieu Oo. et sinon, moi je suis une pouf°°°°° de super-fertile et le mini coup de gueule contre mes semblables ne me choque pas : c’est justement parce que je ne savais pas quoi répondre aux amies qui ont (beaucoup) du mal à être enceinte, quand elles me demandaient « et toi, ça a pris combien de temps ? » que je suis ce blog (et aussi parce que c’est très bien écrit, il est vrai). Je continue d’avoir la gorge nouée et de ne pas savoir si je trouve les bons mots, mais j’essaie.

    Aimé par 4 personnes

    1. merci de ton intervention Fatjab ! et vraiment, je ne veux surtout pas me fâcher avec les fertiles, je suis juste affreusement banale en étant envieuse de ceux qui ont ce que je n’ai pas (sachant que d’autres peuvent aussi éprouver ce sentiment à mon égard…)

      J'aime

      1. J’ai déjà été tellement envieuse (de celles qui ont des grossesses « épanouissantes »… quand toi tu vomis sang et tripes pendant 9 mois au point de devenir dingue)… et j’en ai poussé des coups de gueule dans ma tête, tout en mesurant ma chance. Ca je peux comprendre, même si ce n’est pas la même échelle.

        Aimé par 1 personne

  4. Avez-vous pensé à Jean-Luc en second prénom pour Edgar? Vous relanceriez peut-être une mode 😉
    Il me semble que j’en ai déjà croisé, au boulot ou ailleurs, mais ils ne m’ont pas marqué – le seul qui me vient en tête, c’est Delarue…
    Sinon perso, non, je ne m’appelle pas JL (rapport à ta question sur ton lectorat 🙂 🙂 ).

    J'aime

  5. Oh non, Jean Luc, sérieusement ? A bien y réfléchir, j’en ai eu des Jean Luc pendant ma première grossesse. T’as fait connaissance avec les cousines éloignées de ton gars, qui ne t’ont jamais parlé Mais qui ne te lache pas la grappe 5 Minutes depuis que tu es enceinte (et donc digne de leur intérêt ?). 😘

    J'aime

  6. wouha le lourdingue ! c’est fou comme une femme devient intéressante tout en « tombant » dans le bien public dès qu’elle est enceinte 😉
    Et sitôt l’accouchement réalisé, tout le monde se fout bien de savoir comment vont ses hémorroïdes, y’en n’a plus que pour le bébé.
    True story !

    Aimé par 1 personne

  7. Il est mignon Jean-Luc dis donc.
    En effet, prépare toi aux interminables « alors, il fait ses nuits ? »
    Bébé a 8 mois (je suis une sale fertile, -mais pas insouciante hein !-) et c’est la première question qu’on me pose (limite avant le bonjour…). Mais c’est presque mignon, après on te plaint ou on te félicite de la super maman que tu es… Avant de te passer au second rang parce qu’un bébé tout neuf c’est forcément plus intéressant.

    Bref, je raconte ma life, profite des derniers mois, avant de te sentir baleine échouée et d’entendre les ouins ouins même dans le silence le plus absolu :p

    J'aime

  8. Jean-Luc fait un transfert des grossesses de ses filles à la tienne…?
    Jean-Luc rêvait de t’aborder depuis belle lurette et il a enfin un prétexte, Jean-Luc veut être ton ami. Ah oui, c’est comme ça…
    Tu n’as qu’à lui couper l’herbe sous le pied et lui demander, à lui, comment il va (et tu lui inventes des symptômes, ça l’occupera, un air chiffonné, des cernes..). (Mais là, il va vraiment penser que tu es son amie…).

    J'aime

  9. je trouve que tu commences à exagérer un peu dans la « victimisation ». Tu n’a qu’une seule problème et d’ailleurs maintenant cela est « presque » résolu, car tu attends Edgar…
    Et puis, comme tu as dit dans ton blog auparavant: a part ca tu as tout dans la vie…: une belle maison, un bon boulot, un mariage heureux, l’argent…et maintenant le bébé aussi…
    Tu sais, il y en a beaucoup qui ont beaucoup moins que toi….
    Et puis des Jean-Luc il y en a partout…et c’est normale. Cela n’est pas la mauvaise fois de sa part…
    Repose-toi et profites des derniers jours de la liberté! IL ne doit pas rester beaucoup avant ton congé de maternité non, encore qq jours pour supporter Jean-Luc…

    J'aime

      1. Ah parce qu’en plus de la grossesse sans hémorroïdes, de la maison, de l’amoureux, du job et du fric t’as aussi du second degré ? Pfff y’en a vraiment qui ont le cul bordé de nouille. J’espère que ton ordinateur va être piraté par les Illuminati tiens, comme ça t’arrêteras de te plaindre tout le temps !
        Et sinon, les 9 années « perdues » que tu aurais pu passer avec ton enfant, elle veut en parler Eva Sophie Dupont ?

        J'aime

  10. Excellentissime !😂👍🏻 Il est fort probable qu’il te harcèle de questions à ton retour de congé mat en effet, il va falloir penser à un plan de bataille …😈😅
    Hâte de lire d’autres articles aussi savoureux et sarcastiques qu’icelui !😅 Gros bisous 😘

    J'aime

  11. Ah ce portrait de la génération sacrifiée 😉 ! Pff, sans vouloir polémiquer entre leurs maisons payées par l’inflation, le boom de la valeur de celles – ci ( et la part des revenus consacrée et la nôtre), leur niveau de retraites etc… Comment ça, je suis injuste ? Lol… juste amère de constater l’égoïsme de cette génération qui m’entoure et qui se plaint (beaucoup). Ah quelle différence avec celle de mes grands – parents. Des bises

    J'aime

  12. Hello Simone ! Ton Jean-Luc ressemble tant à mon Jean-Claude… J’ai pensé à toi aujourd’hui. Ou plutôt à ton JL, lorsque mon JC m’a fait des commentaires bien lourdingues lors d’un échange sur les accidents domestiques et les très jeunes enfants… « Et alors, elle en pense quoi, la maman ? »…. Grrrrr
    Ils sont partout !!!! 😉

    J'aime

  13. C’est fou comme les gens te montre à quel point tu es enfin normale quand ils te voient enceinte ! C’est le truc qui m’a le plus fait de mal pendant ma grossesse, tu traverse 6 ans de vie en te sentant excluent la société et complètement de la merde parce que tu n’a oas d’enfant et pas de chien non plus, ou personne ne te calcule et bim avec un ventre rond tu deviens le centre du monde et tout le monde a un truc à te raconter, c’est assez violent quand même.

    J'aime

Répondre à Florence Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s