Après ma ponction miraculeuse de l’automne dernier et pour occuper ma ménopause artificielle, j’avais rédigé un billet sur les 10 changements qui ont pu faire la différence pour expliquer ce formidable résultat. Rappel : pour cette FIV 3, j’ai obtenu 20 ovocytes, puis 12 J2, et enfin 5 J5, bien que le gynéco de Tataouïne nous avait assuré qu’avec mes ovocytes moyens nous ne pourrions jamais obtenir des embryons de qualité.

cic
« nan mais avec vos embryons tout moches, vous n’aurez pas mieux qu’une GEU ma petite dame »

Alors que j’arrose aujourd’hui mes 19 SA (et donc les 17 semaines d’Edgar), je vous propose de faire le point sur ce qu’il y a eu de différent depuis la ponction.

Il n’est pas question de dire que tel ou tel changement a forcément été l’élément déclencheur de la réussite, je veux simplement relever factuellement ce qui a été nouveau par rapport à mes tentatives précédentes.

1/ Nouvelle stratégie : quand expertise et sérénité sont au rendez-vous

Grâce à ma rencontre avec le Dr Espoir, nous avons enfin obtenu des réponses à la question du pourquoi ? La découverte de mon endométriose et de mon adénomyose a permis d’adapter les traitements et surtout la stratégie, c’est-à-dire qu’il ne servait à rien de faire un transfert d’embryon frais car mon utérus était trop enflammé pour pouvoir espérer une accroche. La sortie de l’infertilité inexpliquée m’a énormément apaisée car je savais enfin contre quoi me battre. Surtout, nous avons placé toute notre confiance entre les mains du docteur Espoir et de son équipe de magiciens, ce qui nous a déchargé d’un gros poids : nous nous sommes laissés guider par elle.

J’ai donc vécu mon premier transfert d’embryon congelé plutôt de manière sereine et d’autant plus qu’avec 5 pingouins, nous avions une sorte de « droit à l’échec ». Jusqu’alors pour nous, un échec signifiait forcément repartir sur une stimulation longue et pénible à supporter.

Les traitements pour le transfert étaient allégés par rapport aux stimulations : juste des patchs et de l’utro, pas de piqures ! Avec bien sûr des prises de sang et des contrôles à Paris, mais sans le stress et les douleurs de la stimulation. Autre point très important : j’étais tellement soulagée d’en terminer avec les terribles effets de la ménopause artificielle que tout était forcément mieux.

2/ Nouvelle vie : on change (presque) tout !

Je suis restée discrète ici sur cet aspect qui était un de mes objectifs affichés en 2016 : j’ai changé de vie en début d’année, soit durant la ménopause artificielle. C’est bien simple : nouveau boulot, nouvelle ville et nouvelle maison. Un boulot tout aussi intéressant mais dans lequel je suis plus libre d’organiser mon temps et la charge mentale est moins lourde que le précédent. Une ville attractive et dynamique où il fait bon vivre (que je continuerai néanmoins d’appeler Tataouïne). Un logement quasi neuf alors que jusqu’à présent nous avions plutôt habité dans des maisons qui avaient une histoire. Le déménagement a été précédé de quelques dimanches en amoureux à la déchetterie durant lesquels nous nous sommes débarrassés de beaucoup de vieilleries que nous traînions depuis quelques années sans trop nous poser de questions. Soit le cocktail parfait pour repartir à zéro. Ah si, j’oubliais, dans ce tourbillon de nouveautés, j’en ai aussi profité pour changer de Président de la République et faire tomber quelques têtes.

Déchetterie-03-800x600
Pour moi, aller à la déchetterie, c’est presque aussi orgasmique que de constituer une pile de linge bien repassé

Il n’est pas question de signifier par-là que « c’est dans la tête » et qu’il suffit de déménager pour tomber enceinte. Seulement, j’ai eu l’impression d’avancer dans la vie malgré toutes ces années d’échec. Objectivement, j’ai amélioré plein de paramètres, ce qui constitue en soi une immense satisfaction. J’étais aussi dans une démarche selon laquelle, si je devais sortir de la PMA les bras vides, il faudrait que ma vie change et en bien. Avoir réussi ce projet de changement de vie qui me tenait à cœur m’a clairement donné confiance en moi.

Les traitements pour le transfert sont intervenus à ce moment-là, j’étais donc beaucoup moins disponible mentalement pour gamberger car mon énergie était prise par l’adaptation à toutes ces nouveautés. Pour une fois, je n’avais pas la fameuse boule d’angoisse qui m’a tant empêchée de respirer ces dernières années.

Avec tout cela vous aurez bien compris que c’est moi la fille qui annonce sa grossesse à son employeur quelques mois après son arrivée et que, oui oui, des gens m’ont dit « ah ben, tu calcules bien ton coup toi ». (Ce qui est vrai… à plus de 8 ans près…).

3/ Nouvelles aiguilles : ma découverte de l’acupuncture

C’est à l’occasion de ce premier transfert que j’ai découvert l’acupuncture : une première séance quelques jours avant le transfert et une seconde dans la foulée d’icelui. (Mon nouveau combat langagier : réhabiliter le terme « icelui » nonobstant son caractère désuet). Le jour du transfert, après que le médecin m’ait posé les aiguilles, j’ai très précisément senti un échauffement autour de l’utérus, je n’oublierai jamais cette sensation. Depuis le début de la grossesse, j’ai eu deux autres séances avec un acupuncteur de Tataouïne qui ont été très efficaces contre les nausées et la fatigue. J’apprécie beaucoup cette médecine complémentaire qui a l’air de bien fonctionner pour moi. Après une séance, j’ai l’impression de me réveiller d’une longue sieste, je me sens « retapée ».

*****

Je ne saurais dire si ces trois nouveautés ont eu un réel impact sur la réussite de ce premier transfert. Quoi qu’il en soit, elles m’ont fait avancer. J’aurais tout aussi pu tomber enceinte il y a quelques années lors de ma première IAC tout comme j’aurais pu aller au bout des transferts sans réussite.

Je mesure ma chance, car oui, comme dans le film Match Point de Woody Allen, c’est finalement une question de chance : la balle de tennis qui tombe du bon côté du filet alors qu’elle aurait très bien pu rester du mauvais côté sur ce TEC.

Les yeux bien ouverts sur le miracle que je vis actuellement, je souhaite à tous ceux qui attendent d’avoir autant de chance et à ceux qui n’attendent plus d’avoir une belle vie.

match_point

Publicités

26 commentaires sur « FIV 3 : comment expliquer le TEC gagnant ? »

  1. Superbe. Moi aussi, j’entreprends un changement de boulot. Et je sais que cela m’aidera beaucoup pour cette nouvelle tentative. Je serai plus sereine que la première tentative. Et je suis tellement contente de mettre cela dans un nouveau projet.
    Vivez pleinement votre grossesse.

    J'aime

  2. C’est tellement ça, je suis étonnée et en même temps tellement d’accord de lire que les médecins ont choisi de faire des Tec pour soulager ton utérus a cause de l’endometriose . Moi après deux tentatives ratées, des embryons tous pourris, deux hyperstimulation très douloureuses, mon doc n’a jamais essayé d’adapter le traitement pour que je le supporte mieux, j’avais l’impression que le traitement était le même pour toutes les patients endometriose ou pas . D’ailleurs quand nous avons décidé de changer de centre, il m’avait envoyé une ordonnance pour la fiv3 avec exactement le même protocole! Je leur ai donc fait un beau mail pour leur dire que l’aventure s’arrêtait la pour eux (jouissif même si j’aurais bien voulu insulter ce connard de doc qui est vraiment réputé pour être un gros connard).
    Bref, c’est vrai que le changement ça apporte du neuf et ça permet peut être de se reconnecter avec notre moi intérieur et de faire la paix avec notre corps si souvent négligé pendant les traitements.
    Moi aussi je pense que tous les petits changements que j’ai entrepris dans ma vie sont une part importante dans le fait que je sois tombée enceinte de façon spontanée après 6 ans de galère et jamais aucune grossesse.
    Bravo Edgar t’es un champion

    Aimé par 1 personne

  3. Whahouuuu ! Donc tu as déménagé, changé de boulot , tout ça en même temps que ta nouvelle tentative !!! tu dois être vraiment une championne de l’organisation ! Tu veux pas venir chez moi me donner quelques tuyaux ?? Je suis très curieuse et j’aimerais bien savoir où tu habites.. ( mais je ne suis pas une psychopathe) bref je pense que comme tu le dis tout ces changements ne t’ont pas fait tomber enceinte mais ils t’ont au moins permis de te sentir évoluer et mentalement ça fait du bien. Je me souviens de cette période où je ne pensais qu’à tomber enceinte et je ne projetais rien d’autre dans ma vie.. et le jour où j’ai lâché du lest et ou j’ai vu un vrai spécialiste de l’infertilité les choses ce sont débloquées. Clairement dans ton cas c’est le dr espoir et son diagnostic enfin clair qui ont permis de mettre en place les actions et traitements adéquats ! Et bientôt le plus gros changement de toute ta vie va avoir lieu !! ❤️❤️❤️

    Aimé par 1 personne

  4. Sans que ce soit dans la tête, je suis certaine que changer certains paramètres et se sentir bien par rapport à ça, ça aide énormément! Ces dans ces conditions que Chispa est arrivée aussi, même si ces conditions seules n’auraient pas suffit.
    C’est clair, la grossesse est un miracle peu importe quand ou comment elle arrive! J’entendais récemment une journaliste enceinte dire que, à notre époque, une grossesse devrait être un « non-évènement ».. ??
    Savoure Simone, même si ce n’est pas une histoire de mérite, tu l’as bien mérité quand même!

    Aimé par 1 personne

  5. Je pense que le changement essentiel c’est le transfert différé qui d’après mes médecins marche très bien pour les cas d’endométriose (et ça se voit sur la blogo). C’est vraiment dommage que cette stratégie ne soit pas encore appliquée plus globalement.
    Et pour le stress, je suis intimement convaincue qu’il a un impact sur sur l’endométriose. J’avais des crises de douleurs bien plus importantes dans mon ancien job pour lequel j’étais toujours de travailler dans l’urgence. Depuis que je travaille dans de meilleures conditions, j’ai bien moins mal. J’espère que tu le constateras aussi à ton retour de couche.
    Bises

    Aimé par 1 personne

  6. Je suis entièrement d’accord avec le facteur chance mais il faut reconnaître que tu l’as aussi provoquer 🙂

    Et en effet l’acupuncture pendant la grossesse c’est très bien pour rééquilibrer les énergies ! J’avais tellement peur de dépasser mon terme que je suis allée voir une SF spécialisée en acupuncture une semaine avant ma DAT et 6h après je perdais les eaux – précision c’est que son arrivée est tout de même imminente.

    Tiens, je serais super intéressée que tu nous parles quand tu seras prête bien évidemment de ton projet de naissance – oui, le train arrivera à bonne destination Simone, cette fois c’est le bon train.

    J'aime

  7. On s’est beaucoup posé la question avec Thésée du « pourquoi cette fois-ci ? ». Tout en sachant qu’il y a une part de chance et de hasard, je souris en te lisant. Car notre transfert gagnant s’est réalisé après avoir testé l’acupuncture et engagé les travaux de la maison. 😏 Il y a eu aussi l’arrêt du gluten pour Thésée et une suractivité professionnelle de mon côté. Très pratique pour éviter de gamberger en comptant les jours. Dans notre cas, puisqu’après une première FIV où on avait tout perdu et cette seconde où on a récolté 4 blastos, je garde en tête l’adage précieux : « une FIV ne fait pas l’autre ».
    J’avais oublié qu’y avait du changement professionnel envisagé dans ta vie ! Super que ça se soit révélé doublement positif ! Et je suis soulagée de savoir que ta grossesse ne sera pas suivie dans l’hôpital de Tataouïne 1ère du nom ! Bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  8. Merci pour cet article, c’est vrai que le changement a du bon. Je me suis dit la.meme chose après l’échec de fiv 4: si on doit re sortir de tout ça les bras vides, qu’au moins d’autres choses aient avancé. Que je ne me retrouve pas comme une conne au même stade dans tout. Merci

    Aimé par 1 personne

  9. Le changement de médecin, de prise en charge et de tactique a définitivement joué un rôle dans ce TEC gagnant (même si l’année dernière, à quelques centimètres près, la GEU aurait pu se passer différemment… Bon, sauf que non peut être, à cause de l’endo non diagnostiquée à ce moment là…)
    Bref, tu sauras sûrement jamais…

    Aimé par 1 personne

  10. Bon ben alors, c’est ce que tout le monde dit, c’est dans la tête, il suffisait de déménager ! 😀 Plus sérieusement, personne ne pourra dire exactement pourquoica à fonctionné cette fois la plutôt que les autres… Le diagnostic poussé et les protocoles nouveaux et adaptés du Dr Espoir en sont certainement plus responsable que le changement de ville. À la fois, ça redonne fois en la science et à la fois, ça fout la rage contre les docs blasés ou fatigués ou juste incompétents… Belle continuation ! ❤

    Aimé par 1 personne

  11. Je crois toujours que malheureusement la chance a le rôle majeure dans cette histoire même s’il est vrai que si mon adénomyose n’avait pas été soignée ça n’aurait jamais marché mais mon 1er tec -exactement le même que le 2eme gagnant, s’est soldé par un échec.. Peut être au 2eme je n’y croyais vraiment plus du tout! C’est beau 19SA ma simone, pour les mouvements relax hein? je ne les ai sentis qu’à 22sa la veille de l’écho morpho. Gros bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s