Serge Gainsbourg disait : « La laideur a ceci de supérieur à la beauté qu’elle ne disparaît pas avec le temps ». Il me semble bien que l’infertilité ne disparaît jamais complètement non plus de la vie des infertiles.

Depuis toutes ces années, je vis avec l’infertilité en fond d’écran perpétuel, comme si cet état était inscrit dans tous les pores de ma peau et les tréfonds de mon conscient et de mon inconscient.

Mes réactions sont pavloviennes :

  • voir une femme enceinte = aussitôt détourner le regard.
  • voilà qu’une poussette arrive sur le même trottoir = vite, traverser la rue pour ne pas risquer de jeter un œil sur son contenu.
  • un jeune enfant dans le bus = aller se planquer au fond pour ne pas subir ses sourires.
  • aller chez Ikea = marcher vite en regardant droit devant lorsque l’on passe dans le rayon maudit.

Depuis le mois de mars, plusieurs fois par jour, j’oublie que je suis enceinte :

  • quand je suis plongée dans un dossier passionnant (si si , il y en a).
  • quand je rencontre de nouvelles personnes et que nos discussions nous emmènent loin.
  • quand je passe de bons moments à faire et à penser à autre chose.

Depuis le mois de mars, plusieurs fois par jour, j’apprends que je suis enceinte.

  • Dès le petit matin avant que la radio s’allume, je cherche à comprendre pourquoi la position ventrale est inconfortable.
  • Je suis toujours autant surprise de ne pas pouvoir rentrer dans mes vêtements : je les teste presque chaque jour.
  • J’ai (presque) toujours une place dans le bus : celle avec un pictogramme d’une femme enceinte dessus.
  • Une collègue de boulot m’a installé un tabouret pour que je puisse allonger mes jambes.
  • Simon me dit qu’il a hâte de rejouer aux légos.
  • Je tombe de sommeil sitôt après le dîner.

A chaque fois que quelqu’un ou quelque chose me rappelle que je suis enceinte, cette information me fait l’effet d’un choc : une vague d’émotion face à cette nouvelle tant attendue bientôt teintée d’angoisse sur la solidité du miracle. Puis vient l’excitation de penser que, finalement, tout pourrait très bien se passer.

 

Publicités

22 commentaires sur « Les auto-annonces quotidiennes »

  1. ❤️ c’est fou ça ! Moi quand je suis tombée enceinte c’était l’inverse j’y pensais h24 et c’était parfois trop ! Je n’ai attendu que 2 ans mais je n’ai jamais été aussi heureuse que lorsque j’ai vu ce test positif.. quand tu ne verras plus tes pieds et que tu iras t’habiller au rayon grossesse tu réaliseras sans doute un peu plus !! 😄

    J'aime

  2. Jusqu’à mon accouchement à chaque réveil je me touchais le ventre pour m’assurer que je n’ai pas rêvé… et j’ai eu le même sentiment que toi jusqu’à e que… je les sente bouger… hâte que ça t’arrive ❤️

    J'aime

  3. Tu sais que je reste stupéfaite de voir mes filles (expression incompréhensible, moi avec des enfants???)? Mais bcp d autres réflexes ont été abandonnés et d’autres facilement acquis, tout naturellement (ce terme à la con!!!). Par contre, j ai bloqué sur la fête des mères, j ai trop méprisé cette fête pour y adhérer désormais d autant que tant d entre nous sont sur le carreau. Mon entourage me dit que c est le passé, mouais… on verra quand je recevrai mes premiers colliers de nouille. Savoure tout Simone, c est un statut si privilégié! J espère que tu as un peu frais où tu es…

    J'aime

  4. Ce que tu dis me rappelle bien des souvenirs. Après tout ce temps ça paraît tellement irréel et inimaginable (d’autant plus que déjà à la base, même après bien moins de temps, ça doit paraître surprenant pour beaucoup), que je me suis régulièrement répété à l’époque, devant la glace ou quand je sentais un petit coup de pied de l’intérieur : « à mais oui, c’est vrai, je suis enceinte! ». Et à chaque fois, c’était un réel plaisir de le ‘redécouvrir’…

    J'aime

  5. Se reveiller chaque matin en réalisant que j’étais enceinte me faisait pleurer à chaque fois tant l’émotion était forte et cela CHAQUE jour! (Et cela a été pareil pour la seconde grossesse)
    Prends soin de toi Simone et je te souhaite vraiment que les moments d’angoisse cédent le plus possible leurs places à la joie de profiter tout simplement de chaque journee 😉

    J'aime

  6. J’ai l’impression que ça prend beaucoup de temps pour réaliser pleinement une grossesse, dans un parcours difficile. On ne perd pas ses réflexes d’infertile, mais je pense qu’on apprend à se re-situer. J’espère pour toi un beau cheminement intérieur au fur et à mesure que les jours et les semaines passent.

    J'aime

  7. Même à ce début de deuxième grossesse, j’ai toujours du mal à imaginer que tout ça va certainement déboucher sur un deuxième bébé, ça me parait surréaliste ! et quand je regarde ma fille dormir, j’ai toujours du mal à réaliser que c’est moi qui l’ai faite. Je crois qu’on se sent toujours « infertile » quand on est passés par ces étapes. j’ai hâte pour toi que tu sentes ton Edgar bouger.

    J'aime

  8. Même à ce début de deuxième grossesse, j’ai toujours autant de mal à réaliser que tout ça va certainement déboucher sur un deuxième bébé, ça me parait surréaliste ! et quand je regarde ma fille dormir, j’ai du mal à réaliser qu’elle était dans mon bidon. je te souhaite de sentir Edgar bouger tout bientôt

    J'aime

  9. Ton billet me parle et me projette dans le passé. Tu vas réaliser petit à petit et perdre peu à peu tes réflexes d’infertile (bon pas tous, puisque même avec ton bébé dans les bras tu vas t’agacer en votant les autres mères ).

    J'aime

  10. Ca me faisait ça aussi, me réveiller chaque matin en redécouvrant que je suis enceinte, et sous la douche, et quand on me laissait m’asseoir, etc Une certaine béatitude à chaque fois 🙂

    J'aime

  11. Tous ces petits moments te ramènent à la réalité, celle que tu as toujours voulu. Tellement attendu, que finalement on finit par ne pas y croire alors que les faits sont là. Tu es enceinte et tout ira bien 🙂

    J'aime

  12. Je te dis pas le nombre de fois où j’ai cogné mon ventre (et Framboise le pauvre…) pendant la grossesse parce que je l’oubliais…
    Je n’ai réalisé que cette grossesse allait aboutir à un bébé que 2 ou 3 jours après l’accouchement.
    Et alors le nombre de fois où j’avais des larmes de joie et de bonheur à voir Framboise dormir paisiblement…

    J'aime

  13. J’espère juste que tu n’oublies pas quand on te propose une binouze…
    Sinon, tu seras définitivement très enceinte quand les gens vont commencer à te toucher le ventre sans permission…(souvenir d’horreur de mes copines!).

    J'aime

  14. À 8 mois, je continue à oublier plusieurs fois par jour que je suis enceinte… 😊 C’est un coup de pieds dans les côtes qui vient me rappeler ma situation et renouveler l’excitation. Avant l’echo des 22, tu devrais commencer à sentir Edgar bouger. C’est sûrement grâce à ça que tu pourras définitivement te dire que oui, tout peut bien de passer. Des baisers ma Simone 💕

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s