Il y a un an jour pour jour Simone passait un petit séjour en clinique pour cause de grossesse extra-utérine post FIV 2. Alors forcément cet anniversaire en pleine attente post-transfert FIV 3 démultiplie le psychotage propre aux DPO

Force est de constater que je me suis beaucoup investie dans cette FIV : j’ai suivi les traitements prescrits par le Doc Espoir à la lettre, j’ai mis toutes les chances de mon côté en modifiant mon alimentation, en lâchant prise professionnellement et en ayant recours à des médecines complémentaires pour ajouter des pouillèmes de chances, s’ils existent.

Depuis qu’Edgar a rejoint mon utérus, je continue de prendre mon traitement le doigt sur la couture du pantalon, tous les matins j’avale mon jus d’ananas et tous les soirs je laisse venir à moi la lumière dorée. Même Simon a plus ou moins arrêté de picoler et s’est mis au jus d’ananas, c’est dire notre niveau d’implication…

Nonobstant cet investissement important, je suis incapable de me projeter sur une issue positive de ce transfert. Cela ne m’étonne pas car, d’une manière générale, je n’ai jamais vraiment réussi à visualiser la réussite.

autres-art-echiquier-unique-et-personnalisable-1533934-img-2384-19a8f_570x0
quand l’échec des pingouins est un jeu

Dans la vie quotidienne, j’ai l’habitude de me projeter avec frénésie sur toutes les foirades potentielles que je pourrais connaître. Pour ne pas les subir, je tente de les maîtriser en les concevant et leur antidote avec. J’ai adopté cette attitude depuis toute petite pour me prouver que je ne suis pas une petite chose fragile et que je serai capable de survivre à toutes les catastrophes : perte d’êtres chers, retour de l’extrême droite au pouvoir, catastrophe naturelle ou industrielle majeure…

(Note de l’éditeur : si vous vous voulez vous marrez, sachez que ce blog comporte une section « humour » dont ne fait visiblement pas partie ce billet. )

On dit souvent qu’une attitude positive et saine consiste à se projeter sur la situation désirée. Moi, je me projette sur des échecs surmontés. Je suis la reine des plans Z tellement j’utilise tout l’alphabet. Les matins où je m’habille en jupe ou en robe, j’ai d’emblée l’arbre des conséquences en tête de ce que je devrais mettre en œuvre si je file mon collant à tel ou tel moment de la journée.

Que se passerait-il si je me retrouvais du jour au lendemain à poil sur une île déserte munie seulement d’un opinel ? J’échafaude des plans, je m’imagine fabriquer de la ficelle avec des lianes, m’habiller avec des grandes feuilles de bananiers (y a des bananes sur mon île déserte) et boulotter les bananes. Quand j’en suis saturée, j’arrive à choper des poissons dans des rivières d’eau claire et je me les fais cuire au barbeuc’ (oui, je me débrouille pour fabriquer un barbeuc’). Une fois requinquée, je conçois un gros canot pour retrouver la civilisation.

Je continue aussi à réfléchir à ce que je ferais si l’extrême-droite revenait au pouvoir dans quelques semaines (oui, elle y a déjà été, de mémoire, c’était au début des années 1940). Il ne s’agit pas d’être prise au dépourvue. Je n’ai pas encore choisi d’option ferme entre rester où je suis pour profiter de ma place et bordéliser un max ou démissionner de tout pour résister à temps complet. Comme je ferais pour faire bouillir la marmite ? Mon expérience sur l’île déserte sera fort utile.

Mais est-il possible d’assumer ses opinions et résister en ayant des enfants ? Alors je pense à Lucie Aubrac et à son courage. Elle était enceinte jusqu’au yeux de son 2ème lorsqu’elle a embarqué dans l’avion qui la transportait vers Londres elle et son mari. Alors, enfant ou pas, je n’aurais aucune excuse pour ne pas assumer mes opinions. Y penser me rassure.

Au boulot, lors de réunions avec des personnages éminents et sérieux à pleurer, je m’imagine parfois prendre le micro et balancer le mot « prout » devant tous ces cravatés. J’essaie d’anticiper les réactions de chacun et j’envisage les différentes manières pour moi de rétablir ensuite ma crédibilité professionnelle. Le pire c’est que j’y parviens. Et cela fait paraître plus courtes les réunions pénibles.

Le titre de ce billet fait référence au film de Dominique FARRUGIA sorti en format vidéo en 2001. Ce film permet d’apprendre à échouer dans tous les domaines, qu’ils soient personnels ou professionnels et contient une mine de conseils pour foirer lamentablement tout ce qu’on entreprend. Quand j’ai des rendez-vous importants, je me repasse des extraits de ce film, j’y puise une inspiration forte. Bon allez, c’est cadeau, je vous mets l’extrait que je me passe quand j’ai des entretiens d’embauche :

 

Donc, le film de l’échec de ce transfert passe en boucle dans ma tête. Nonobstant ma crainte qu’il se soit déjà fait la malle, je parle à Edgar et je lui dis qu’il ne doit pas avoir peur de nous rejoindre même si objectivement, on lui fiche un peu les glandes.

Je me projette avec minutie sur mon futur échec une fois les résultats de la prise de sang connus, j’organise la suite à moyen et court terme : que ferai-je très concrètement dans les minutes qui suivront, les heures, les jours… Ma préférence va bien entendu à un échec franc et massif plutôt que des taux qui font le yoyo et se terminent en fausse-couche, ou pire, en grossesse extra-utérine.

Le soir-même des résultats, nous avons prévu d’aller dans un bon restaurant. Je me délecte déjà de la carte et organise les accords mets-vins possibles…

J’ai dressé la liste des choses sympas à faire après l’annonce de l’échec de ce transfert : picoler du bon vin, boire une bonne bière, me préparer un apéro, lancer une machine de torchons à 90° avec du bicarbonate de soude… Cette projection me tient debout et me prouve que la vie continuera malgré tout.

Il y a un an, j’étais au fond du trou perfusée dans une clinique. Depuis ces semaines difficiles, j’ai bien avancé que ce soit en termes de PMA ou de projets personnels.

Le seul risque que je cours à me projeter sur l’échec à venir de ce transfert, c’est d’être « déçue en bien ». C’est un risque que je suis prête à courir.

Publicités

68 commentaires sur « La stratégie de l’échec : tout rater avec acharnement pour ne pas risquer de frôler la réussite »

  1. Put… De me…!
    Mais j’ai l’impression de me lire ! Quoiqu’il arrive, toujours se préparer à l’échec…
    Ça fait de nous des tordues ?
    J’prefere me dire que nous sommes de ces nanas qui se protègent comme elles peuvent plutôt… Non ? 😘

    J'aime

  2. C’est une façon de se protéger Simone, au début des essais je me projetais très positivement et à force d’enchainer les baffes j’ai arrêté, peu à peu… Si ça finit par réussir, tu t’adapteras sans souci j’en suis sûre. Et sinon, ben ce sera comme d’habitude… La vie va continuer, et notre carapace nous aide à aller de l’avant dans ces cas là.
    Si t’es motivée pour faire un film, je suis partante! J’adore le « une pomme » ^^ Des bisous ❤

    J'aime

  3. Ouais, ça me parait toujours raisonnable d’envisager l’échec, ma stratégie préférée, je me dis que ça ne peut pas être pire, que je tombe de moins haut si je dois tomber. D’ailleurs, la réussite me fait peur car je ne lui fais pas confiance. Si un truc marche, c’est OK, mais jusqu’à quand? En PMA, on n’est pas chez les bisounours et on a plus d’échec que de réussite, donc… on ne peut pas faire comme si on était dans l’autre vie, celle où les PB font un + en C1, du poney, du vélo jusqu’à la veille de l’accouchement, sans prendre un gramme de gras de de diabète. Et puis la méfiance n’empêche pas la réussite, alors, autant ne pas s’en priver et imaginer tout foirer…
    Quoi? Ce n’est pas comme ça que se préparent les grands sportifs? Ils déroulent leur exploit mentalement, et ça marche? Il faut positiver?…Toi, tu déroules déjà le parcours PMA en envisageant les possibles issues, c’est encore plus de boulot!
    Bon, après, bien souvent, on n’avait pas pensé à tout et c’est autre chose qui arrive (alors si tu ne penses pas au succès, ben, c’est cool, c’est ce qu’il reste au hasard pour la suite de l’aventure!!).
    En PMA, parfois, ça fonctionne, alors, hein, on verra bien si Edgar (qui nait) assume sa mère stressée mais ô combien dans la réalité du monde. (et ça, c’est top!).
    Merci pour cette vidéo que je ne connaissais pas.
    Moi, je regarde mes adversaires (mon inspecteur, dernièrement) en l’imaginant faire son gros caca et n’avoir pas de papier ensuite. On relativise. (mais ça déconcentre durant l’entretien!).
    Allez, petite graine d’Edgar, on vote pour toi!

    Aimé par 2 people

  4. On se ressemble pas mal à ce niveau là alors… Anticiper les échecs et faire des plans B, C, D…
    Et pour l’extrême droite au pouvoir, c’est « amusant » mais je me posais exactement la même question hier soir ! Je bosse dans la fonction publique d’État et je me vois mal appliquer le millionième du commencement de leur politique. Mais démissionner, trouver un autre job…? Et qui payera le crédit ? (Surtout s’il repasse en Francs ?!)
    Pour le reste et pour Edgar: croisage de doigts puissance 1000 ! 🙂

    J'aime

  5. Alors post échec, notre remède c’était la musique ultra dépressive à fond et une bouteille (ou plus si affinité). L’éventualité d’un échec est plus réconfortant finalement (hein ?). Allez retourne dans ta lumière dorée et attends que le temps passe. Courage.

    J'aime

  6. J’aime beaucoup ta méthode du « prout » pour te distraire des réunions barbantes !
    Tout anticiper en négatif, avoir des plans B C D et E, je le faisais beaucoup, je crois que je le fais moins maintenant. Je ne me projette pas forcément en positif non plus, c’est juste que j’ai gagné en lâcher prise.

    J'aime

      1. Les poteaux c’est pour gagner les 100 000 boules!
        Il n’est jamais trop tard pour t’y mettre, la nouvelle saison commence vendredi (ouais je kiffe Koh Lanta, affamer des gens et leur faire faire caca dans un trou pour des ronds, je trouve ça génial!)

        J'aime

  7. Comme toi, j’ai toujours envisagé l’échec. Une façon de me protéger, encore plus quand le parcours PMA est semé de GEU, FC (et dans mon cas ablation de mes deux trompes). Je te souhaite que le meilleur Simone et surtout que petit Edgar s’accroche. Il y’a de la place dans le train, alors je t’embarque avec moi 🙂

    J'aime

  8. Je suis sûre que tu sauras rebondir quelque soit l’issue Simone. Tu es une combattante et tu as déjà montré tant de ressources. Moi je te souhaite quand même de ne pas avoir à mettre en place le plan Z ni même le plan B. Bises

    J'aime

  9. Si seulement il y avait une recette miracle pour que ça marche… Si seulement… C’est pas grave si tu te projettes pas, j ai même envie de dire qu’après tant d’échecs c’est normal ! Ici 10 ans de tentatives, une vingtaine de transferts (je sais plus exactement… C’ est tout dire !), 3 ridicules iac au milieu (ouais parce que sur un mal entendu… Mais ça n’ a pas marché), une putain (Oups pardon c’est parti tout seul) de grossesse arrêtée, une grossesse biochimique… Mais surtout et c’est ça le plus important, 2 miracles (post fiv… Je suis pas Gertrude) dont l’ un en cours de préparation… Qu’est ce qui a fait que ça a marché ces 2 fois là ? Était-ce juste le hasard et la science ? Est-ce que mon état psychologique y était/est pour quelque chose… Ben j en sais strictement rien ! Pour ma grossesse en cours j étais absolument sûre que c était un échec, comme toi impossible de me projeter ! Alors que le mois précédent j’y croyais à fond et que je me suis pris une sacrée claque (et une sacrée cuite… Hum hum…) au résultat négatif… Bref tout ça pour dire que peu importe ce que tu penses c’ est pas parce que tu visualises pas que ça marchera pas ! Et moi j ai trop envie d y croire pour toi !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Je me retrouve tellement dans ces mots.
      On souhaiterait tellement savoir ce qu’il faut faire pour que ça marche ! Une solution miracle n’importe… J’ai tout essayé, et pour mon douzième traitement qui a fonctionné, je n’ai aucune idée du pourquoi.
      Le plus important est de faire ce qui te semble le mieux pour toi Simone. Tu ne fera pas fuir ton magnifique Edgar avec ton anticipation de l’échec. Tu te protèges comme tu peux.
      Mais bordel Edgar, une vie pleine d’amour t’attends ! Et on est un paquet de gens à croiser pour que tu remplisses le coeur de tes parents !

      J'aime

  10. Toujours aussi fabuleux de te lire Simone. La PMA nous confronte puissance mille aux fondamentaux de notre fonctionnement intime, le plus souvent dans la douleur…
    Mais là tu n’es plus seule, Edgar est là et peut tout à fait te montrer un autre chemin.
    Rappelle toi tout ce qui était différent pour Simon et toi pour cette Fiv 3. Le billet que tu avais écrit là dessus m’avait beaucoup marquée (et incitée à faire à mon tour la liste de ce qui avait changé pour moi).
    Je croise à fond 🐞🐞🐞🐞🐞🐞🐞 avec mes coccinelles porte bonheur, et t’embrasse fort.

    Aimé par 1 personne

  11. J’aime beaucoup ta dernière phrase : « Le seul risque que je cours à me projeter sur l’échec à venir de ce transfert, c’est d’être « déçue en bien ». C’est un risque que je suis prête à courir. » qui fait écho à cette citation qui m’est chère à avoir presque tout essayé :

    J'aime

  12. Tu es formidable ❤. Moi aussi j’aime bien tout anticiper (et planifier surtout) alors j’ai tjs préparé les échecs, j’ai une liste de dates potentielles de TEC et FIV suivante en fonction du nombre de blastos dans mon agenda…cette liste est complètement caduque aujourd’hui 😉. J’espère très très fort Simone 😘🍀

    J'aime

  13. J’espère de tout coeur que tu devras faire face à cette déception 😉🍀
    Que de chemin parcouru au cours de cette année…alors quelle que soit l’issue de ce transfert, tu peux être fière de toi et de la force dont tu as fait preuve pour rebondir après toutes ces épreuves…
    😘🍀✨😘

    J'aime

  14. Je croise tellement les doigts pour vous! Je suis Votre périple au quotidien et angoisse pour vous. Je comprends cette préparation à l’échec mais heureusement que l’homme ne peut s’empêcher d’espérer ! Bon courage 😘

    J'aime

  15. Bon , on va quelques minutes changer de registre …. La Mamie que je suis vous envoie un tas d’ondes positives , de l’espoir , de la réussite . Et je vais y croire pour vous !
    Je comprends bien qu’avec tout ce que vous avez déjà traversé , la situation est plus que compliquée et qu’il faut se protéger au cas où . J’appelle ça de la prévoyance , Mais laissez moi y croire pour vous . Allez je vous laisse et je vais croiser tout ce que je trouve , tiens je vais commencer par mes cheveux !
    Amitiés et bon courage pour cette semaine .

    Aimé par 1 personne

  16. Chère Simone, j’aime te lire le matin car cela me met de bonne humeur. Merci pour cet extrait de film qui m’a mis le sourire aux lèvres. Pour le reste, je comprends ta façon de « rationaliser l’échec ». Cela a finalement un côté rassurant… Mais ce que je te souhaite surtout c’est, cette fois, le plus beau des succès. Je t’embrasse fort.

    J'aime

  17. Chère Simone,
    Je me reconnais tellement dans tes mots… Il faut dire que j’expérimente cette période ambivalente en ce moment même (nos transferts ont été réalisés de manière quasi concomitante) et que le livre de Farrugia intitulé « La stratégie de l’échec » trône en bonne place dans ma bibliothèque! Bref, c’est mon premier post sur un blog et même mes premiers pas dans la blogosphère. Je te lis en silence depuis de longs mois et je voulais juste te dire un grand merci pour réussir à mettre sur le papier ton ressenti avec autant de talent, et à décrire l »ambivalence de ces périodes. On en viendrait presque à culpabiliser de se projeter sur autre chose que sur une réussite alors que ce n’est qu’un réflexe de protection bien compréhensible lorsque l’on mène un tel combat… Je t’envoie plein d’ondes positives, Cali.

    J'aime

  18. Ah merci pour l’extrait, c’est truculent. 🙂
    Je comprends ta propre stratégie de l’échec, mais, et j’espère que tu ne m’en voudras pas, je me permets d’y croire pour vous … ❤
    Bons jus d'ananas et lumière dorée, prends soin de toi …

    J'aime

  19. A l’inverse moi je me dis toujours que ça va marcher, je devrai peut être me « préparer » à l’échec pour mieux vivre l’après. Je te souhaite une bonne surprise

    J'aime

  20. Cher petit Edgar, je t’imagine en train de t’installer bien confortablement dans ton petit nid douillet, on est si bien au chaud dans l’utérus de maman. Une maman formidable t’attend, tu ne le regretteras pas !!! On croise sévère ici. Pensées positives.

    J'aime

  21. Quoi de plus normal que de se protéger en imaginant le pire ?! Moi je prévoyais la période de déprime à l’avance (transfert tel date, résultats tel date, déprime au moins jusqu’à telle date puis voyage ou week-end pour s’en remettre). A la fin j’en étais à préparer avant le transfert le week-end de remise en forme post échec. Et puis un jour sans savoir pourquoi on a annulé le week-end en question… On croise pour vous.

    J'aime

  22. Quoi de plus compréhensible que de ne pas réussir à imaginer une résultat positif après toutes ces années de galère…?! Même si on a plus que tout envie d’enfin y arriver, on n’arrive plus à croire un tel changement possible – et pourtant, je peux te garantir qu’une belle issue peut arriver, même quand tu l’as attendu de très très nombreuses années. J’espère pouvoir lire très bientôt ton ressenti face à cette réalité-là.
    Gros bisous ❤

    J'aime

  23. Perso j’ai testé la positive attitude et le temps passe plus vite, les DPO sont moins compliqué et la chute ne fait pas plus mal finalement. En plus ça a presque marché… mais on fait ce que l’on peut surtout ! Bises Simone. Toute la blogo vie avec toi ces DPO.

    J'aime

  24. Je n’ai pas lu tous les commentaires et on te l’a déjà certainement dit (et tu le sais aussi), mais ton mauvais sentiment n’influencera pas le résultat. Le contraire non plus. Alors…
    On attend avec toi Simone ! Courage pour la lumière dorée, à la fin je voulais jeter mon iPod par la fenêtre à cause de cette satanée lumière dorée et surtout la voix crispante de la narratrice ;-). Des bises

    J'aime

  25. Je serais tentée de te convaincre de lâcher un peu de lest, d’accepter de perdre un peu le contrôle et de visualiser le succès plutôt que l’échec mais je comprends et me reconnais dans cette tendance à parer à toute éventualité, à imaginer les problèmes avant qu’ils n’arrivent afin d’y être mieux préparée. Anticiper le chagrin diminue-t-il son intensité ? L’optimisme influe-t-il sur le succès ? Je n’ai pas les réponses mais je crois que le plus important c’est que tu fasses à ta façon pour que ces DPO ne soient pas une torture. Je continue à croiser bien fort et je t’embrasse 🍀🤞💚

    J'aime

  26. Salut Simone,
    Je viens de lire tous les commentaires et j’en retiens une chose: on fait comme on peut.
    Je croise tout ce que je peux pour l’accroche d’Edgar!

    J'aime

  27. Qu’est ce que c’est bien ecrit une fois de plus.. je me pensais seule dans ce toc pessimisto-control-freak,et comme toi je me le reprochais à moitié . A lire les commentaires, nous sommes en fait legion! Après les attentats au bataclan, à chaque fois que je prenais le metro je m’imaginais froidement et méthodiquement comment je me sortirais d’une situation similaire… comme si d’imaginer la solution donnait la maîtrise sur la situation.ca s’est calmé quand j’ai pris confiance en ma capacité à gérer l’imprévu. Mais depuis la pma,je rechute un peu.. bref tout ça pour te dire que cette méthode en vaut bien une autre, le tout étant de vivre le mieux possible cette periode!!! Je croise les doigts pour Edgar, et j’allume des cierge pour que Marine aille se faire voir sur Neptune.

    J'aime

  28. Je crois qu’on fait un peu toutes ce genre de choses pour éviter d’avoir trop mal… C’est une stratégie bien imparfaite (le parfait serait de ne pas avoir à subir ce bordel, hein ) mais elle donne une impression d’anticipation sécurisante je pense.
    J’y crois pour toi et je croise fort fort mes doigts ! 🍀🍀🍀
    Des bisous 😘😘

    J'aime

  29. Je ne pourrais pas te dire de lâcher du lest, au contraire j’imagine toujours le pire pour être sure de ne pas être déçue. Finalement je ne pense pas que ca soit la plus mauvaise attitude, c’est juste dur à supporter pour l’entourage je pense.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s