A part se faire une sortie ciné au débotté au plein milieu de la semaine et des grasses matinées le week-end, il y a finalement peu de loisirs réservés aux nullipares contraintes. Ménopause chimique oblige, Momone ne traitera pas ici et maintenant des siestes crapuleuses à toute heure et dans toutes les pièces du logis. Cette activité est sans objet tant que l’alerte enlèvement de sa libido ne sera pas levée.

Peut-être est-ce dû au filtre déformant de l’infertilité, mais j’ai l’impression que les couples avec enfants autour de moi ne vivent plus qu’à travers leurs enfants. Toutes les discussions et les activités partent d’eux et aboutissent à eux. Alors, le lundi matin devant la machine à café, l’infertile, elle n’a plus qu’à se la boucler, car elle n’a rien d’intéressant à raconter.

Depuis 2 ans, nous avions deux places d’entrée pour un grand zoo qui dormaient au fond d’un tiroir et dont la fin de validité était proche. Alors, Simon, Coin-coin, ma ménopause et moi avons passé notre dimanche au zoo. Entourés de gens avec enfants. Entourés d’enfants avec des gens. Après une phase d’observation, la réalité s’est imposée : nonobstant l’affluence importante pour cette période de l’année, nous étions les seuls de notre espèce. Les seuls adultes sans enfant : ni parents, ni grands-parents. On aurait pu nous enfermer dans une cage et les familles auraient pris des photos de nous en pouffant sur mon ventre vide.

Alors, nous nous sommes concentrés sur les animaux. Pour se changer les idées. Pensions-nous. Naïfs et infertiles nous sommes.

le Monsieur Panda (il ne partage l’enclos de Madame que pendant sa période fertile)

Le guide nous a expliqué que les chercheurs en pandas ont mis au point une méthode d’insémination artificielle pour augmenter le taux de reproduction de l’espèce.

A moins que ce soit dans leur tête ?

Nous sommes restés très longuement devant les singes dont le comportement si proche du nôtre est troublant. Nous avons appris que « lorsque les femelles chimpanzés sont en période de fécondabilité, elles le font clairement comprendre aux mâles. En effet, leurs organes génitaux enflent : ils augmentent de volume et prennent une teinte rouge-rosé. Ces changements agissent comme un véritable signal visuel sur les mâles et permettent également de maximiser les chances de gestation. Après la période de menstruation ou une éventuelle fécondation, les parties génitales des femelles reprennent leur forme initiale ». De quoi tuer dans l’œuf le commerce des tests d’ovulation.

là ce sont des gorilles

Nous avons aussi découvert que les suricates donnent une « utilité sociale » aux infertiles. « Les suricates vivent en colonies composées de plusieurs familles, pouvant atteindre 30 individus. Au sein de cette troupe, seul le couple dominant est amené à se reproduire : soit environ 3 petits 3 fois par an. Il faut donc s’organiser ! Chaque membre du groupe joue un rôle bien précis : guetteur, chasseur ou baby-sitter. Ce sont les individus non-reproducteurs qui se chargent de garder et d’éduquer les jeunes suricates. Ainsi, ils participent tout de même à la pérennité de leur espèce ».

img_1986
Bien pervers : le suricate infertile est l’esclave des fertiles…

Quant à celle-ci, elle n’a même pas daigné nous jeter un regard :

Juste avant de repartir, nous sommes tombés sur 5 pingouins.

Et si c’était un cygne ?

Bon. En réalité, ce sont des manchots. Pas de bol. L’histoire était trop belle.

Publicités

39 commentaires sur « « C’est à faire avec les enfants » »

  1. A quelques jours près on aurait pu se croiser : on a profité d’une escapade de quelques jours pour visiter nous aussi ce grand zoo 😉 Avec la même crainte de ne croiser que des familles. Mais en semaine, tout est différent, et les couples sans enfants sont rois ! Comme quoi les infertiles peuvent sortir tranquilles, à condition de bien vouloir sacrifier leurs congés… Bises Simone

    J'aime

  2. tu peux picoler, c’est compatible avec la menopause (et si tu reagis comme moi, j’etais bourree en 2 verres…), claquer ta thune dans des chaussures, partir en weekend improvise, te vautrer sur le canape toute la soiree, bref, y’a pas que le zoo Momone !
    En tout cas, vous etes bien cools avec Coin-Coin, il vit des trucs de fou ce canard !

    J'aime

  3. Ah bah y manquerait plus que ça que le week end ne tourne qu’autour des enfants !!! bon évidemment que l’on fait des choses pour eux, mais il faut aussi leur apprendre à nous suivre autre part qu’à Disneyland ! En tout cas nous on allait au zoo avant d’avoir des enfants, et même à Disneyland d’ailleurs ! euhhh sinon j’espère que je t’importune pas trop avec ce genre de commentaires.. j’hésite parfois, j’ai un peu peur de « remuer le couteau dans la plaie ». en tout cas il manquerait plus que ça que tu restes cloitrée chez toi. Je sais que c’est plus que dur, mais profites de ta vie, en attendant de pouvoir remettre la machine (enfin l’utérus) en route.

    J'aime

  4. Aaaah oui les pandas, ils viennent d’en faire un chez nous d’ailleurs… histoire de te faire sentir encore plus nulle quoi… heureusement qu’il reste les vaches, chez qui les inséminations ne fonctionnent pas à tous les coups!

    J'aime

  5. J’étais allée visiter ce zoo en 2012 un truc comme ça, avant même d’attaquer la pma mais en pause « projet bb » car entrain de soigner une hyperthyroïdie, bref. Et quand je voyais le bébé koala accroché à sa maman, le bébé gorille dans les bras de son impressionnant papa, le bébé girafe, etc, je ressentais une pointe de tristesse. La meuf limite jalouse des animaux… tu vois un peu le délire ! Quand aux bébés/enfants humains qui pullulaient forcément, je crois qu’à l’époque je les ignorais allègrement (mais ça ne m’étais pas encore insupportable, je n’avais pas attaqué la PMA). Enfin, cela dit c’est un très chouette zoo j’avais adoré et mon mari aussi, pourtant il est moins porté sur nos z’amis les bêtes 😉

    J'aime

  6. Bonjour Simone,
    Je ne fais pas partie de la communauté des PMettes, mais ce que tu dis me fais réagir un peu!
    Forcément que les discussions du lundi peuvent tourner autour des activités qu’on a fait avec le ou les enfants, mais bon ils sont là donc il faut bien faire des choses avec eux! Parfois on tente même de les laisser aux grands parents pour revenir aux activités sans enfant!
    Mais je suis d’accord avec ce que tu dis, les parents sont pénibles et c’est même souvent agaçant de ne s’entendre parler que de sa propre progéniture…
    Liste de ce que je faisais avant (et parfois encore de temps en temps!):
    – me coudre des vêtements (ceux qui nécessitent des heures de tranquillité: chemisier, robe…, très bien pour un dimanche pluvieux avec une tasse de thé)
    – tricoter des choses raffinées (ressemble au point précédent)
    – faire des randonnées le week-end
    – jardiner
    – aller à Disneyland (on est des grands enfants après tout!)
    – trainer dans des musées
    – faire des week-ends à l’improviste
    – faire des restos à l’improviste
    – lire un livre dans le bain à n’importe quel moment du week-end
    J’ignorais que les Surricates avaient ce fonctionnement de groupe, va falloir que j’adopte leur mode de vie!
    En tout cas j’aime beaucoup lire tes articles, le ton me plait beaucoup, et je te souhaite de la réussite dans ton parcours! (Tu as l’air d’être sur la bonne voie!)

    J'aime

  7. Non ce n’est pas une idée, les parents ne parlent que de leurs enfants ou presque. Bon sang ça me gavait avant mais le pire c’est bien que ça me soule encore maintenant !! Genre soirée filles, 80% de la conversation est basée sur les enfants. Pffff ça me gonfle ! Heureusement il y a des exceptions bien sûr, cherche bien, tu les trouveras.

    J'aime

  8. De mon point de vue, les parcs et autres lieux de visite ont une logique commerciale donc ils feront plus d’entrées si ils attirent les familles. Les pubs donnent envie aux enfants et du coup on y va pour leur faire plaisir , leur apprendre des choses. Moi par exemple ça ne me serait même pas venue à l’idée d’aller au zoo ou au cirque sans enfants (Disneyland par contre …) D’ailleurs je m’y ennuie ferme mais quand ils sont contents on l’est aussi. Le trucs c’est aussi de trouver des activités qu’on aime à faire avec eux, mais pas facile de concilier selon l’âge , emmener un bébé pour une partie de tennis par exemple c’est mort.

    J'aime

  9. Bonjour Simone, comme toujours tu traduis avec une justesse rare les réalités vécues par tant de couples en PMA, avec leurs cortèges de ressentis qui vont de l’aigre-doux à l’acide qui attaque … Quand de toutes petites choses banales et triviales du quotidien nous font vaciller intérieurement sans que l’on puisse le montrer…
    Tout plein de courage pour la suite des étapes, la fin de la ménopause approche :-).
    Des bises.

    J'aime

  10. Si tu pousses jusqu’à la Vallée des singes un jour, fais-moi signe, Ithaque n’est pas loin.
    🐒
    J’espère que quand je serai parent, je parlerai pas que d’enfants. Je fais confiance aux Argonautes pour me remettre à ma place si au début c’était le cas. Et je me rappellerai le boring boring boring qui me trotte dans la tête quand je dois subir une conversation sur un sujet qui ne m’intéresse pas.
    Bisous 💗

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s