J1 s’est fait désirer plusieurs jours mais Simone n’a pas craqué – par force morale et par radinerie- non, elle n’a donné aucun euro à cette fichue Claire qui apparaît quotidiennement dans ses pubs sur internet. Pour se venger, DNLP lui a concocté un J1 bien douloureux, du genre à donner des sueurs froides à la donzelle et à se traîner avec une bouillotte malgré la chaleur. Puis J2 fut beaucoup plus clément. Simone a démarré fin août le gobage de provames. Depuis quelques jours, elle est entrée dans le « dur » avec les injections. Ben vous savez quoi ? Scoop : faire une FIV à Paris depuis Tataouïne, ce n’est pas tous les jours facile. Mais la PMette est retorse et nonobstant les obstacles mis en travers par les fâcheux de tous poils, elle s’en sort pas si mal. Bref, c’est l’inauguration de la catégorie « FIV 3 » de ce blog. C’est aussi la première tentative avec le Docteur Espoir.

 

coincoinpiquouse
Coin-coin donne de sa personne

Une organisation aux petits oignons

L’organisation pour cette FIV est à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus compliquée.

Commençons par le plus simple : j’ai désormais le droit de me faire les injections toute seule sans infirmière. Je savoure cette liberté qui ne contraint pas mon agenda et me permet de mener mes activités pro et extra pro presque normalement. Les prises de sang matinales passent crème : plutôt que d’aller faire la queue à l’hôpital, il me suffit d’être à 7h30 au labo en ville à côté de mon boulot et à 7h45, je suis au bureau. Les filles du labo – secrétaires et infirmières – sont super sympas et ça me change de les voir pour autre chose que des tests négatifs ou des suivis de grossesse extra-utérine. Je me sens bien dans ce labo, c’est limite si je ne range pas moi-même les tubes après le prélèvement. La fête à la maison quoi.

Le plus compliqué c’est évidemment les contrôles échographiques. Fort heureusement, je ne suis pas obligée d’aller à Paris pour tous les contrôles, mais finalement c’est presque plus simple que de devoir prendre un rendez-vous dans mon coin de province. En effet, je suis obligée de me fader les pages jaunes avant de trouver quelqu’un qui veuille bien me prendre pour un rendez-vous au débotté. L’autre jour, une secrétaire médicale m’a répondu que « quand même, il faudrait prévoir quelques semaines à l’avance ». Note pour plus tard : penser à faire un bébé sous la couette, c’est vachement plus simple niveau logistique qu’un bébé synthétique. Me voilà conduite à faire du tourisme échographique dans des coins inconnus de mon agglomération. J’arrive à peu près à caser des rendez-vous en fin de matinée, donc je limite la casse au niveau des absences. Encore un peu et j’arriverai à conserver des jours de congés pour Noël. Que demande le peuple ? Réponse : un bébé.

Pour les contrôles à Paris, je ne coupe pas à l’obligation de devoir poser ma journée. Du coup j’en profite pour faire des visites culturelles. Je vous dis qu’avec cette FIV parisienne, je vais devenir super cultivée : il est pour moi le dico du jeu des mille euros !

Un truc drôle quand même (n’oublions pas que ce blog a aussi une visée déridante) : une échographe a vu mon endo à l’écran. Ah la bonne blague ! J’ai passé des échos durant des années à me plaindre de mes douleurs et il aura fallu attendre l’IRM prescrite par le Dr Espoir pour « découvrir » que j’avais de l’endométriose tout partout. Et là, paf, à l’occasion d’une petite endochatte à l’heure de l’apéro, voilà qu’on me décrit parfaitement mes kystes d’endo. C’te blague…

L’incontournable rendez-vous anesthésiste

Il faut quand même dire deux mots de ce passage obligé qu’est le rendez-vous anesthésiste puisque je me dirige tranquillement vers ma 4ème anesthésie générale en 18 mois. Évidemment, j’ai dû monter à la capitale pour ce rendez-vous capital. (Simone : grande pourvoyeuse de fonds pour la SNCF et fournisseuse de jeux de mots laids devant l’éternel).

Ben en fait, c’était pas mal et ça a duré plus de 5 minutes, presque 30 minutes montre en main. D’entrée, il m’a demandé comment j’allais et ça me fait à chaque fois tout bizarre quand un médecin s’enquiert de ma santé physique et morale. Au lieu de remplir le questionnaire vite fait dans la salle d’attente, c’est lui qui tenait le stylo et discutait avec moi autour de chacune de mes réponses. J’ai bien tiré la langue puis il m’a parlé de prise en charge de la douleur. C’est quand même dingue, depuis que j’aligne le carnet de chèque en plus de la carte vitale, j’ai l’impression d’avoir moins mal à chaque fois que je passe à la casserole médicale. Après la consultation, même qu’il m’a raccompagnée à la porte en me souhaitant « bonne chance ». Avouez que ça change de Ramsès, hein ? On dirait bien ?

Mise en traitement

Après le gobage provames, je m’injecte du pergoveris. Inconnu au bataillon de la Momone celui-là. J’aurai donc connu le puregon, le gonal et le ménopur, j’accueille maintenant le nouveau venu pergoveris d’un œil blasé. L’orgalutran rejoindra mon quotidien quand le Dr Espoir me donnera le feu vert.

Et pendant ce temps-là, l’ovitrelle m’attend sagement au frigo entre la salade, le vin blanc et les radis.

Je me pique seule et ça se passe très bien. La première fois, je me suis référée à un tutoriel sur youtube, genre je l’ai vu trois fois de suite puis un dernier visionnage où je mettais « pause » toutes les 10 secondes le temps de bien faire les manipulations. Maintenant, je me pique tout en écoutant les infos et en mettant la table pour le dîner. Blasée, je vous dis que je deviens blasée de tout.

Du côté des effets secondaires

Au début, je pétais le feu, maintenant je sens venir les coups de moins bien : ventre gonflé et fatigue, les ovaires commencent à bien tirer. D’expérience, je sais que les choses ne vont pas s’arranger dans les jours qui viennent, au contraire.

Et le moral dans tout ça ?

Globalement, j’ai le moral. Non pas que je me projette sur une quelconque réussite, non, d’autant plus qu’il n’y aura pas de transfert dans la foulée. Mais, je ne suis pas au fond du trou, je continue à vivre. L’objectif de cette FIV est de pousser les embryons jusqu’au stade blastos – étape jamais franchie jusqu’à présent – puis de congeler, de traiter l’endo et de faire un transfert l’année prochaine.

Toutefois, la boule de stress disparue durant les vacances est revenue, tapie au creux de ma gorge, allongeant ses tentacules jusque dans mon ventre. Elle accompagne la petite musique des « eh s’il n’y a pas de blastos, tu auras fait tout cela pour rien ». Elle prend de la place cette boule…

Alors, je fais des respirations ventrales, je laisse venir à moi la lumière dorée et je m’octroie des bains à la lavande. (Mais la boule, ça la fait bien rigoler et elle n’a pas bougé d’un millimètre ni diminué).

Nouveauté de la rentrée : je démarre des cours de yoga à un rythme d’une fois par semaine. Je peux fort opportunément en profiter durant le traitement puisque je n’ai pas les rendez-vous infirmière quotidien pour les piqûres. Je dois dire que lors du 1er cours, la boule a bien morflé. Yoga : 1. La boule : 0.

La lutte continue, je ne lâche rien.

Publicités

51 commentaires sur « Les affaires reprennent : c’est parti pour la FIV 3 »

  1. Je croise les doigts pour que le yoga arrive à détruire la boule pour te permettre de garder des ondes positives ! Toi aussi tu as remarqué que quand tu sors ton carnet de chèque tu découvre qu’il y a de « vrai » professionnels de santé ?!
    J’espère que cette première étape de la FIV va bien se passer 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Ne rien lâcher ! (Comme les fâcheux et leur manif)
    Le yoga c’est vraiment bien comme « sport », tu peux en faire toute la vie et quand tu commences à être à l’aise tu peux en faire seule partout
    Sinon je crois et n’hésite pas à faire un coucou quand tu passes à la capitale

    Aimé par 1 personne

  3. Pas évident d’être suivie si loin, mais je vois que tu gères (très sympa la RALC de la part de la secrétaire..hum).Le yoga m’a l’air hyper prometteur : je pense aussi à m’y mettre pour les prochains traitements. Ton billet me conforte dans cette idée!
    Bon courage pour les dernières injections et donne-nous vite des nouvelles de la ponction. Je te souhaite beaucoup de follicules!

    Aimé par 1 personne

  4. Merci Simone pour toutes ces explications et ces renseignements car je ne peux m’empêcher de penser que c’est peut-être ce qui m’attend (j’ai rdv fin décembre avec le Docteur D. à Paris et j’habite également en Province…). Et puis, je suis d’accord avec toi sur le fait de se piquer soi-même. Je l’avais fait pour FIV2 et, même si les premières injections sont fort stressantes, cela fait un bien fou de n’être tributaire de personne !
    Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

  5. Tu m’as fait rire avec ton tuto sur you tube car si je me fais des piqûres de stim seule depuis le début, l’orgalutran en revanche j’ai eu un appel un vendredi à 12h me disant de me piquer en urgence. Panique à bord, mon homme l’infirmier était à 40 bornes de la et malgré un tuto you tube, 30 min et un amende plus tard il m’a trouvé en larmes la seringue (toujours pleine) dans la main.
    Bref sinon cette FIV est une FIV test dans le sens où l’obtention de blastos ou non sera déterminante pour la suite : tu ne fais donc pas Ca pour rien, même si je te souhaite bien sûr d’obtenir de magnifique blasto dans quelques semaines qui eux meme donneront un (des) magnifique(S) bébé(S) 🍀
    La boule dans la gorge je la connais bien et l’association yoga / lumière dorée / footing à toujours été assez efficace… Meme si j’ai un souvenir très douloureux de la FIV 3, première à la capitale (sauf qu’étant suivie en province dans une clinique privée, ils feraient les echos jusqu’à ce que l’on me démande de monter. Luxe énorme….).
    Je t’embrasse et je croise 🍀❤️🍀

    Aimé par 2 people

    1. Je me suis toujours piquée seule aussi (enfin mon Mari quoi), mais c’est vrai que Orgalutran et Menopur c’est plus impressionnant que Gonal et Ovitrelle …
      Bon j’ai eu beaucoup moins de piqûres à faire que vous les filles … 😦
      On croise tous nos doigts chez nous pour que tout cela n’ait pas été en vain, même le chat y met du sien, si si. 😉 Mais je suis d’accord avec Carotte, ce n’est jamais en vain car ça permet forcément d’avancer et d’y voir plus clair …
      Gros bisous Simone et vade retro la boule, elle va voir ce qu’elle va voir, celle-là !

      Aimé par 1 personne

  6. Quelle force Simone.
    Effectivement il est top cet anesthésiste. J’en revois un ds qq semaines on verra ce que ça donne…
    Je te souhaite que cette fiv se déroule le mieux et qu’elle amène le souhait du peuple dans ses bagages. Et courage pour les rdv écho car en effet ton coin est pas top pour ca

    Aimé par 1 personne

  7. Plein de réflexions me rappellent mon vécu ! Le labo sympa c’est hyper important, ça donne la pêche et aide à rester positive… Moi ils m’encourageaint ! Le carnet de chèque… Je vois très bien cette sensation que l’on est pris en compte comme une personne et qu’au moins le temps de la consultation on est considéré. J’avais la sensation d’avoir tout le monde derrière moi. Tu es dans une bonne dynamique !

    Aimé par 1 personne

  8. Ah, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour le Dr Espoir ;-). Comme Carotte, je pense que ce ne sera pas pour rien: au pire, vous en saurez plus après cette fiv3 et au mieux, vous aurez qq blastos à mettre sur la banquise… Je croise très fort bien sûr, mais si le Dr D vous a lancés dans cette tentative c’est qu’elle y croit ! Bonnes séances de yoga et à bientôt pour les news ! Grosses bises Simone.
    PS: tu devrais mettre ton blog sur papier dans qq temps, ta jolie plume et ton humour (en plus du « fond ») plairaient certainement à un éditeur…

    Aimé par 1 personne

  9. Bravo Simone pour ce plan d’action qui va mettre à terre cette vilaine boule !
    Tu es maintenant autonome en piqûres ce qui, une fois de plus, est un bel hommage à toutes les Simone !!!
    Trop bien le yoga, tu nous diras ce que ça donne…j’ai assez envie d’essayer.
    Godd luck pour la suite…

    Aimé par 1 personne

  10. Si je peux me permettre, la réflexologie plantaire a toujours été très efficace pour cette boule dont tu parles et que je ne connais que trop bien. D’ailleurs c’est tellement efficace que j’y vais toujours avec mon mari parce que je suis incapable de conduire après tellement je suis stone 😉
    Bon courage…

    Aimé par 1 personne

  11. Coin coin a l’air d’avoir pris cher^^ La respiration ventrale avec la lumière dorée me rappelle quelques souvenirs, j’ai essayé pas mal de truc aussi pour tenter des virer cette fameuse boule au ventre…
    Plein de courage… Je croise fort pour que la récolte soit bonne !
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  12. Moi aussi je me suis toujours piquée seule… enfin je laisse souvent Chéri-chéri faire. Ca lui donne l’impression de participer. Mais quand je le fais vraiment seule je me sens guerrière!. Cette fois-ci pas de piquouze pour bibi. C’est provasmes et estima. Si j’ai bien compris ce sera tout. TEC prévue pour dans 14 jours (si tout va bien). Affaire à suivre…
    En tous cas je croise les doigts pour que tu nous fabriques des champions. Des blastos de la mort qui tue avec un patrimoine génétique de compèt’ et une rare habileté à placer le mot « nonobstant » à toute les sauces (comme sa mère!^^)

    Aimé par 1 personne

  13. Bravo pour les piqures solo. Moi, après 2 ans de PMA…je peux toujours pas…non non non!
    Le yoga, tu as trouvé ça comment ? Parce que moi aussi j’aimerai bien exterminer cette boule…
    Je croise fort…Blasto il y aura! des bisouuus!

    J'aime

  14. Chic, de l’action ! J’hésite quand même à prévenir le Comité de Défense des Coins-coins pour mauvais traitements mais bon, comme c’est pour la bonne cause ! 😝
    Je compte sur toi pour nous dire quelles sont les expos à ne pas rater à la Capitale et en attendant, je croise fort pour des beaux ovocytes et de beaux blastos. 🍀🍀🍀🍀

    Aimé par 1 personne

  15. Courage Simone, on ne lâche rien 🙂
    Pauvre coin coin qui donne également de sa personne, j’espère que ça te soulage de savoir que tu as un si fort soutien de sa part!

    Tout à fait rien à voir mais il y a quelques mois, je ne sais plus trop en réponse à quel sujet, tu me parlais de de twirling bâton (je pense que c’est lorsque je te disais Simone présidente et que tu m’avais répondu que ce serait uniquement présidente du club de twirling bâton 🙂 ) donc forcément, quand je suis tombée là-dessus, j’ai pensé directement à toi!
    http://www.startin-sport.com/il-fait-du-twirling-baton-en-combinaison-argentee.htm

    🙂

    Bisous

    J'aime

  16. Je le vis et je le ressens en même temps que toi. Tu as une façon d’écrire si vraie et si drôle et si poignante. J’ai vécu ça 3 ans et demi avant que ça marche. C’est peu et beaucoup à la fois. Bref je dis que cette p*** de fiv va marcher et vive le docteur espoir 💪🏻😘

    J'aime

  17. Back in business !!! Hope the best, only the best 🙂
    Comme Coincoin, continue à garder le sourire malgré les piqures. C’est top que tu le fasses toute seule, on subit moins et ça fait des souvenirs. Perso, je me suis piquée dans une voiture, un train, des toilettes pourries de bar, au restaurant, en Angleterre, en Allemagne etc. Junkie, naaan pmette 😉

    Aimé par 1 personne

  18. Contente de voir que tu as le moral Simone, malgré tout (et un joli programme aussi comme tu l’expliques dans ton billet d’après). J’espère que (i) la boule a perdu du terrain et (ii) la stimulation se passe bien ? Et le yoga alors, ça te plaît ? De mon côté je sors presque toujours de mes cours sur un petit nuage, malgré l’intensité et la difficulté de certaines postures (suis raide comme un piquet…). Bises !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s