Tout juste trentenaire, donc quelques années de moins que moi, elle est blonde aux yeux bleus, mignonne comme tout. Boulot intéressant, elle a eu beaucoup de chance et a su saisir les opportunités professionnelles. Mariée il y a 4 ans dans le même temps que l’achat de la maison, son grand a 3 ans et le petit à peine 1 an. Les deux frères sont nés à la même période de l’année, de façon à optimiser les congés d’été.

ricorée
l’image est belle

Bel équilibre avec le mari : chacun s’occupe des enfants. Elle s’est tout de même mise à temps partiel, « pour en profiter encore plus ». A petites touches, les rôles se différencient peu à peu : lui part chasser le mammouth pendant qu’elle assume de plus en plus seule le soin des enfants.

Des projets : la terrasse, aménager les combles, changer le canapé. Le quotidien : se laisser glisser dans le conformisme consommateur des zones pavillonnaires périurbaines. Point trop de questionnement existentiel, pas le temps de lire, théâtres et cinémas sont trop loin, pas les moyens de voyager, d’abord se consacrer aux enfants et à l’aménagement maison.

Ces gens sont beaux et heureux. Et moi spectatrice de leur bonheur.

Moi l’urbaine, la lectrice, la solitaire, la frugale, la « conscientisée », je sens monter des poussées d’envie et de jalousie envers cette vie, certes trop bien tracée et ennuyeuse à mon goût, mais une vie de famille quand même.

Bref.

A elle, je lui trouvais une petite mine avant l’été, il était vraiment temps que les vacances arrivent. De retour, elle continue de traîner sa fatigue.

boite de chocolats
La vie c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais trop sur quoi on va tomber

L’explication.

Son mari est parti.

Cassé, barré, tiré.

Sans explication.

Parti.

Elle se retrouve avec deux enfants, un prêt immobilier trop lourd à payer, un travail qu’elle est désormais incapable d’assumer. Déménager en ville dans un petit appartement ? Prendre un boulot moins prenant donc moins rémunéré ? Retourner chez ses parents ?

Sa vie est en miettes. Et moi spectatrice de son malheur.

Publicités

27 commentaires sur « Identification contrariée »

  1. J’ai ressenti les émotions que tu décris en te lisant, cette jalousie qui monte puis le constat soudain que chacun sa vie et qu’il existe des galères de toutes sortes…
    Courage à elle

    J'aime

  2. Peut-être que son mari n’avait pas les mêmes aspirations qu’elle dans cette vie bien rangée, m’enfin c’est triste quand même ! Certaines familles semblent « parfaites » (complètes ?) mais il y a parfois une face cachée…Courage pour la soutenir, bisous

    J'aime

  3. J’ai aussi ressenti ce genre d’envie-jalousie envers ces vies parfaites (en apparence). Pas facile quand tout change comme ça d’un jour à l’autre 😕 courage à elle

    J'aime

  4. Oui je crois que l’on ne devrait pas envier les autres qui semblent avoir une vie « meilleure », car chacun traîne ses fantômes dans son placard… Et ils sont parfois pires que les nôtres. (Quoique le nôtre est bien gratiné quand même)(sale DNLP c’est pour toi)

    J'aime

  5. C’est une amie à toi ? Je suis navrée pour elle et ses enfants en tout cas …
    Je pense parfois à ce que je deviendrais si je LE perdais (séparation ou veuvage, car cela n’arrive pas qu’aux autres) … 😞
    Et tu as raison, l’herbe est rarement plus verte ailleurs. Dans la vie, nous avons souvent des rappels de cela, quand ça ne va pas fort par chez nous, je sais ce que ça fait : une pointe de soulagement « la vie craint ailleurs aussi », et puis la tristesse pour les gens concernés … 😞

    J'aime

  6. C’est tellement triste pour elle… Ça me fait beaucoup penser au roman de Joyce Maynard « Baby love » dans lequel une célibataire plaquée par son amant débarque dans une ville où toutes les jeunes femmes semblent toutes être enceintes ou mères. Sauf que derrière ce statut si envié de procréatrice, on trouve dans chaque cas la solitude et la misère sociale.

    Aimé par 1 personne

  7. Eh oui, tout est souvent plus compliqué qu’il n’y paraît de l’extérieur… Et tout peut basculer bien plus vite qu’on ne l’imagine. J’espère qu’ « elle » est bien entourée et va réussir à se reconstruire. Bises Simone

    J'aime

  8. Parfois, il vaut mieux affronter de multiples obstacles, avancer avec les difficultés présentes plutôt que de tout réussir aisément et tomber de haut, trop haut…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s