Atmosphère de transition dans une gare de province : le temps est comme suspendu, les repères inexistants. J’ai un peu de temps avant d’attraper ma correspondance et me dirige vers la brasserie la plus proche pour manger une salade. Je m’installe avec ma lecture du moment. Je sens que quelqu’un s’installe à la table juste à côté, mais je ne lève pas le nez.

La commande arrive, il faut bien se détacher du bouquin. Et là, je reconnais mon voisin : un de mes professeurs de lycée, un de ceux qui m’a poussée à devenir ce que je suis professionnellement. Il me reconnaît aussi et malgré toutes ses années, je suis surprise qu’il n’ait pas oublié mon nom.

Le temps a passé, je dois maintenant bien articuler et parler fort. Toujours aussi actif, il est impliqué bénévolement dans tout un tas de projets très intéressants. Il me pose des questions sur mon boulot et se dit très fier pour moi.

Puis soudain :

« – et sinon, tu as des enfants ? ».

Je fais signe de la tête et reviens sur le terrain professionnel.

«  Ne te dis pas que tu as le temps d’avoir des enfants car si tu laisses passer les années, tu seras très malheureuse, après ».

Mon train va arriver, il est temps pour moi de partir. Je lui souhaite bon succès dans ses projets.

Publicités

22 commentaires sur « Entre deux trains »

  1. Oh Simone, je suis de tout coeur avec toi… Ces petites phrases distillées dans les conversations du quotidien, qui sont des coups de poignards involontaires pour nos petits cœurs déjà bien meurtris… Je ne les connais que trop bien…
    Je t’embrasse ❤

    J'aime

  2. Arf! Quand on ne s’y attend pas, c’est le pire, je trouve. Moi j’ai eu ça la semaine dernière. Inscrite dans une minuscule piscine, on n’est jamais plus de 8 à faire les cours. Une jeune mamy vient vers moi. Une ancienne amie de mes parents, il y a fort fort longtemps, elle m’avait revue vers mes 20 ans. Incroyable qu’elle m’ait reconnue!
    Puis « Tu as combien d’enfants? ».
    Pas, zéro, nada, peau d’balle.
    Et puis cette phrase débile, en plus. Plutôt que le silence.
    « Ben en même temps, quand on voit comment ta mère a pu vous élever et comment elle est devenue… ». (folle à lier, donc, hein, bipolaire… me prédit-elle le même sort? »). J’étais furax.
    Après, le soir, en cogitant, j’ai pensé qu’elle voulait peut-être dire par là que je n’avais pas eu un bon exemple de mère (il est vrai) et que ça ne m’avait pas donné envie de faire des enfants.
    N’empêche qu’en pleine séance détente d’aquagym, je ne m’y attendais pas à « la question ».

    Revenons à toi, j’espère que tu positiveras : il t’a reconnue, tu es toujours jeune et belle. Tu es en vacances. Tu as mis en distance cette phrase de marde en l’écrivant sur le blog, non mais!
    (Mais bon, ça fait suer d’être toujours accusées d’être carriériste et responsable de nos infertilités!)
    Des bisous.

    J'aime

  3. C’est ça qui fait mal, c’est que pas une journée ne passe sans te rappeler « à l’ordre ».
    Pour moi, le pire moment jusque là a été la remise de notre livret de famille lors de notre mariage et quand M. le Maire a dit. « Faites nous pleins de beaux enfants ». On en été déjà à 4 ans d’essai. Les larmes ont coulé…
    Bref, les moments sympathiques peuvent vite virer au cauchemar. Il faut se préparer à tout même si ça n’épargne pas la douleur.
    Bises et courage.

    J'aime

  4. C’était quand même une jolie rencontre!
    Mais que ces phrases sont difficiles à entendre… 😦 le pire, c’est qu’on sent la bienveillance dans les propos qu’il a tenu…
    Plein de bisous Simone !

    J'aime

  5. Bonjour, je suis d’accord avec Ballerine. Peut-être qu’il vit cette situation avec un proche ou qu’il l’a vécue. Pour avoir commencé la pma à 38 ans, j’aurais tendance à raisonner comme lui, histoire d’augmenter les chances. Pas agréable à entendre, je confirme 😉.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s