Je vous ai repérés. Vous arrivez par grappes de 5 à 10, sur des créneaux bien précis, en l’espace de 2 heures environ. J’imagine que l’un d’entre vous a refilé la « bonne » adresse aux autres.

C’est bien cette entraide, je salue l’état d’esprit de partage des bons plans entre potes.

Je ne connais rien de vous, alors je vous imagine. Je me projette : moi en arrière, vous aujourd’hui. Mon enfant dans 15 ans. Peut-être. Jamais. Un jour.

Alors comme ça, vous arrivez sur mon blog grâce à la littérature.

Oh les grands mots.

Je reformule : alors comme ça, vous tapez dans votre moteur de recherche « Zola + coquillages de M. Chabre » en espérant que le commentaire de texte déjà tout fait se trouve quelque part sur la toile. Le hasard du oueb vous amène sur mon blog : plus qu’à copier-coller et hop, clic clac kodak, l’affaire est dans le sac.

Kodak-pub--sur-papier--1960-Fr-950
De mon temps, les portables n’existaient pas et nous utilisions des appareils photographiques dotés de pellicules. Et nous portions de bien jolies marinières.

J’ignore si vous prenez le temps de vous rendre compte qu’ici, c’est tout sauf un blog de commentaires littéraires. Des commentaires certes, mais de ma petite vie. Émile Zola, c’était juste pour faire marrer mes copines de quai et celles qui ont la chance d’être montées dans le train. Et les copains aussi.

train
Dommage que les places soient si chères dans le train.

Donc, je vous préviens : vous risquez la tôle en pompant mon article. Parce que l’angle est uniquement celui du thème de l’infertilité.

Nonobstant, il y aurait tant d’autres choses à dire sur cette histoire : la vision de Zola de la petite bourgeoisie oisive, le rôle ambivalent de la femme (aucun droit civil et civique mais en posture dominante dans cette nouvelle), l’absence de la classe ouvrière. Sans parler de la structure littéraire, des figures de styles, etc.

Ne rêvez pas, je ne vais pas non plus vous le rédiger ce commentaire qui doit tant vous « saouler ». C’est à vous de bosser. Quand même.

Peut-être que cette histoire ne vous enchante guère, que vous ne comprenez pas ce qu’un type du XIXème siècle aurait à vous dire. Pourtant, je vous garantis qu’elle est très moderne. Que quand l’enfant n’arrive pas, on cherche des solutions. On en appelle à la médecine. Que des fois ça marche. Ou pas.

Si les statistiques restent aussi implacables, une bonne partie d’entre vous risque de connaître les mêmes difficultés que M. et Mme CHABRE. Et que moi. D’ici là, la science aura, je l’espère, fait des progrès. La société quant à elle, aura peut-être avancé pour que les filles qui aiment les filles – ou qui transitoirement n’ont pas d’amoureux – n’aient plus à prendre le Thalys.

Bref. Lisez Zola. Pas que les coquillages, le reste aussi. Mimile raconte la société française comme personne et pointe ses travers (argent, sexe, société, travail, religion, médecin, famille…). C’était au XIXème siècle. Malheureusement c’est aussi au XXIème siècle.

Zola
Jolies lunettes
Publicités

23 commentaires sur « Salut les collégiens »

  1. Alors dans la vie il y a « le profil d’une oeuvre » (c’était là qu’on pompait de mon temps) et « le blog de mère Simone »…c’est quand même und consécration 😄 moi aussi j’ai dévoré Zola et je pense que ça ferait du bien aux jeunes et aux moins jeunes de s’y remettre un coup à Mimile (nan pas celui d’Image…mais suis-je bête c’est une ref pour celles de 40 ans qui visitent l’Espagne ou la RT…) Biz et belle journée

    Aimé par 2 people

  2. J’imagine la tête de ma mère, prof de lettres classiques dans le secondaire, à la correction des copies… Peut-être que ça la ferait rire… Ou que ça lui ferait un pincement en pensant à sa fille. Peut-être qu’elle baisserait les bras en pensant à sa retraite de dans 2 ans et à la langue morte qu’elle enseigne et que notre gouvernement a voulu définitivement enterrer. Mais c’est une femme d’Ithaque et les femmes d’Ithaque sont tenaces. Elle reprendrait le texte, la modernité, la lutte des classes, la notion de droits d’auteurs, l’infertilité même peut-être, en pensant qu’au gouvernement demain y aura peut-être des gens éclairés qui auront été des collégiens… Bisous Simone ❤️

    Aimé par 3 people

  3. Ah Simone… je bosse en collège et je connais le programme de français… Pas vu Zolo depuis que je bosse avec les collégiens. C’est bien dommage ! ! A mon avis, c’est un auteur vu en lycée… là, je sais pas car je connais pas le programme. D’ailleurs, actuellement, nous sommes dans les lettres de Mme de Sévigné… bon, ok, on s’en fiche hein ! ! Mais j’adore ton article ! ! J’imagine bien celui qui cherche à pomper et faire son commentaire en venant ici ! lol

    Aimé par 1 personne

      1. Suis une plus vieille bique que toi et voui c’est vrai de notre temps (ahhh la vieille expression de vieille bique!!) et bin c’était au collège, et pour ma part en 5ème (m’en souviens car j’avais fait un exposé dessus #elevemodele😜)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s