Pleurer ce week-end parce que la douleur physique est toujours là, parce qu’on se sent épuisée.

Se lever lundi matin, peiner à se réveiller sous la douche. Passer une robe car le ventre est encore douloureux, prendre peu à peu la posture de la working-girl. Arriver au boulot, faire le tour des bureaux pour saluer les uns et les autres comme si de rien n’était. S’enfiler 350 mails et 5 réunions dans la journée et assurer comme si on avait été là ces 2 dernières semaines. Esquiver les questions sur comment on se sent.

Rentrer à la maison. Apprendre qu’une copine est enceinte. Dîner et se coucher dans la foulée parce qu’on est épuisée.

Se lever mardi matin, se réveiller un peu sous la douche. Rentrer dans un tailleur. Aller au boulot la matinale d’Inter dans les oreilles. Faire le tour des bureaux, relancer les uns et les autres. S’enfiler 2 réunions le matin. Être prévenue par les notifications. Se faire une pause soupe lyophilisée au bureau. Mettre la radio. Ne plus avoir faim. Retourner en réunion, traiter ses mails. Rassurer les salariés qui se rendent à Paris demain pour une réunion importante.

Rentrer à la maison. Remettre Inter. Pleurer sur les malheurs du monde. D’épuisement. D’impuissance. Être convaincue qu’on y arrivera, que le soleil arrive toujours après la pluie. Trouver que la pluie dure longtemps. Se dire que le monde ne tourne pas rond. Réfléchir à ce qu’on pourrait changer dans le monde, ici, plus tard et maintenant.

Bidu
Bidu
Publicités

16 commentaires sur « Les malheurs du monde dans les oreilles »

  1. Chère Simone, à la lecture de votre souffrance les mots me manquent. C’est triste à dire mais on est toujours seul dans la douleur parce que les gens ne peuvent pas comprendre. Je vous souhaite de meilleurs jours, sincèrement et du fond du coeur

    J'aime

  2. Encore une fois je ne sais pas quoi dire et encore moins quoi écrire pour soulager ta peine (et la mienne). Alors je fais des tonnes de brouillons, que j’efface. Que dire à part que je ne comprends pas, que je ne comprendrai jamais. Que la vie est injuste mais qu’elle est belle et qu’il faut s’accrocher et continuer en profitant au maximum du moindre petit moment de bonheur… Plein de pensées.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s