Parce qu’il n’y a pas que les courriers de plainte dans la vie, Simone et Simon ont enfin rédigé et transmis leur courrier de remerciement à Chaynesse KHIROUNI.

Qui est cette dame ?

C’est la courageuse députée qui a relayé à l’Assemblée Nationale le combat de BAMP dans le cadre des discussions sur le projet de loi Santé en tenant tête à la rapporteure du projet de loi et à la ministre. Elle a réussi à faire adopter son amendement et depuis, les couples en protocoles d’AMP peuvent bénéficier d’autorisations d’absence sans avoir à poser une journée de congés.

Vous pouvez retrouver l’intervention de la députée à l’Assemblée Nationale dans une vidéo mise en lien dans ce billet.

Mais parce qu’ils sont des têtes dures, Simone et Simon ne pouvaient pas se contenter de remercier. Ils en profitent pour suggérer d’aller plus loin.

*****

Madame la Députée,

Nous souhaitons pas le présent courrier vous témoigner de notre reconnaissance pour le combat que vous avez mené en faveur des couples infertiles dans le cadre de la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé. Ce combat été relayé par l’association BAMP auprès de ses adhérents dont nous faisons partie.

Nous vous remercions sincèrement d’avoir su comprendre les difficultés que nous connaissons au quotidien pour concilier nos activités professionnelles et notre suivi en AMP.

Nous vous remercions sincèrement d’avoir eu le cran de vous élever contre la rapporteure du projet de loi à l’Assemblée et contre la Ministre elle-même. Même si votre combat a été mené sans grande publicité, vos interventions ont été vues et les résultats que vous avez permis d’obtenir relayés par différents réseaux.

Nous vous remercions sincèrement d’avoir eu le courage de batailler en séance plénière contre tous les conservatismes, de droite comme de gauche.

Le sujet de l’infertilité reste largement à traiter en France puisque l’on estime qu’un couple sur 6 est concerné.

Les salles d’attente des services AMP ne désemplissent pas, même si leur accès reste largement socialement, territorialement et financièrement discriminé. A ce titre, nous profitons de ce courriel pour vous alerter sur le système à deux vitesses – voire à trois vitesses – qui s’installe dans le paysage : des services hospitaliers sans grands moyens avec des résultats médiocres, des cliniques privées assurant un meilleur suivi mais accessibles aux seuls couples aisés financièrement et des médecins privés – à la patientèle encore plus restreinte – orientant leurs patients vers des cliniques étrangères où la prise en charge s’élève à plusieurs milliers d’euros.

Malheureusement, ce système à plusieurs vitesses existe pour bien d’autres pathologies et n’est qu’un symptôme de la décrépitude de notre système de santé publique établi initialement sur la solidarité nationale.

Cependant, l’infertilité concernant par nature une population plutôt jeune et par conséquent en bonne santé, dont les rangs ne cessent de grandir sous l’effet des pollutions diverses et des habitudes de vie moderne, il est à craindre la mise à feu d’une véritable bombe à retardement sociétale.

L’inégalité d’accès à des traitements et à un suivi de qualité est inacceptable dans un pays comme le nôtre, le temps perdu par les couples concernés dans des traitements répétés puisque peu efficaces est un gâchis lamentable pour la nation.

Ce sont des cohortes entières qui passent et qui s’apprêtent à passer une part non négligeable de leur vie de jeune adulte dans des soins médicaux avec la fatigue physique et le découragement psychique qui en découle.

Quand l’accès à la parentalité est discriminé, c’est la pérennité de notre modèle de société fondé sur l’égalité qui est mise en cause. Il ne faut pas voir là une revendication consumériste à un quelconque droit à l’enfant. Non, il s’agit d’une véritable détresse psychique témoignant tout simplement d’une aspiration à la vie : aimer, transmettre, vivre…

Seul un grand plan interministériel de lutte contre l’infertilité associant la Santé, l’Écologie, le Travail et la Recherche pourrait améliorer la qualité de la prise en charge et aboutir à des résultats aussi bons que ceux de pays comme l’Espagne, la Belgique ou la République Tchèque.

Madame la Députée, à l’heure où les citoyens font de moins en moins confiance en « la » politique et en son personnel, alors que, depuis l’après-guerre, le repli sur la sphère privée n’a jamais été autant porteur de désunion nationale il nous semble important que des élus ouverts sur la société et courageux comme vous redonnent ses lettres de noblesse à la politique.

Le candidat que vous avez soutenu lors de l’élection présidentielle de 2012 avait formulé des promesses très précises sur l’AMP. Là comme ailleurs, le décalage entre les promesses de campagne et la réalité a des effets dévastateurs sur la cohésion nationale et la confiance des citoyens envers leurs institutions.

L’infertilité n’est pas qu’une fatalité individuelle, sa recrudescence trouve racine dans des phénomènes économiques, sociologiques et environnementaux. Le combat politique contre l’infertilité, ses causes et ses conséquences, reste à mener. Vous pouvez en être une des meneuses, aux côtés des patients.

 Veuillez croire, Madame la Députée, en l’assurance de notre profond respect,

 Salut et Fraternité,

                                                                                                        Simone & Simon.

Publicités

33 commentaires sur « Merci Mme KHIROUNI, continuons le combat! »

  1. Effectivement deux vitesses, j’ai pris rdv avec un médecin pour avoir un autre avis et un autre rdv privé avec la responsable du service du centre pma (si tu paies pas de depassement d honoraires t’attends 3 mois) et mes économies vont y passer. .. merci pour cette lettre

    Aimé par 1 personne

  2. Très chouette lettre, et complètement d’accord sur ce suivi a 3 vitesses que l’on a d’ailleurs testé puisque l’on a fini en Belgique à cause des délais interminables pour un accès au don de gamètes en France. Il reste encore tant à faire!

    J'aime

  3. Bravo et merci! nous sommes également passés du public (à 150 km de chez nous) au privé (à 300 km de chez nous). car nous avons fait le choix d’une prise en charge plus personnalisée…. Dépassements d’honoraires, frais d’essence, de logements sur place… tout ça nous pouvions l’assumer,et grâce à cela nous sommes de nouveaux parents. Nous sommes heureux, mais cela n’est pas juste… esperons que cela fera bouger les choses!

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Simone, trés bien écrit encore une fois, trés bien synthétisé : c’est trés factuel, tout en évoquant la détresse ressentie durant ces parcours.
    Quant au système à deux vitesses, je confirme : suivie dans le privé, je n’ose faire la calcul des dépassements d’honoraires payés depuis le début (3 FIV 1 TEC à ce jour). Je ne pense pas que le suivi y soit meilleur, en revanche, trés peu d’attente entre les tentatives, centre joignable 7jours/7, et la question du temps est essentielle quand la pression de l’âge se rajoute..
    De plus, je m’oriente doucement vers le DO, et le devis que j’ai déjà demandé à une clinique espagnole s’élève au total à près de 9000 euros!!! Nos économies nous permettrons une tentative, peut être pas 2…
    Encore une fois merci pour tes articles, et le combat que tu mènes. J’espère que tu te reposes bien et que tu entrevois la fin de cette terrible épreuve de la GEU, des bises

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Ninou, merci de ton commentaire. Quand la pression de l’infertilité, s’ajoute à celle du temps qui passe et aux économies qui ne vont peut-être pas suffire… la situation est difficilement vivable.
      Sinon, merci de prendre de mes nouvelles, je vais mieux de jour en jour.
      Bises

      Aimé par 1 personne

  5. Même dans le public (je mesure ma chance) on t’envoie chez des « confrères de référence) et certes c’est rien comparé aux centres AMP privé mais un couple avec deux Smics peut – il payer en 2 mois les dépassements d’honoraires de l’hysteroscopie, du comptage folliculaire, une AMH hors nomenclature, le truc de fragmentation de l’ADN hors nomenclature etc etc ?
    Pas sûr…
    😦

    Aimé par 3 people

  6. Fort bien écrit (comme d’habitude) et tellement vrai hélas. Moi-même je suis suivie dans le privé (et avec nouveau gynéco les tarifs sont encore pire que le précédent) mais le temps d’attente est beaucoup moins long. Et même dans le public, beaucoup d’examens sont très peu voir pas du tout remboursés comme le WIn-test ou l’analyse de l’AMH..

    Aimé par 1 personne

  7. Wwwwaaaaaooooouuuuuhhhhhh
    Simone, je suis scotché par l’émotion, par la fierté, par ton écriture, par cette clarté dans ta pensée.

    Il faut que je te parle, car j’ai par ailleurs d’autres infos qui vont dans le même sens.

    Aimé par 1 personne

  8. C est pas idiot (gros euphémisme hein), je suis parfois trop défaitiste, je n aurais jamais pensé à ce type de dispositif politique. Ds l avion j ai lu Libérer et un article édifiant sur la (non) politique de sécurité routière. Aucune ambition réelle, pas de moyen et des résultats qui dégringolent. Au lieu de recréer un interministériel, ils font un secrétariat aux victimes. Fuck la prévention… Mais si on n a pas d ambition, on n obtient jamais rien, c est vous qui avez raison d aller plus loin. Je réfléchis à vous copier sachant que la députée n avait pas jugé utile de me répondre sur la mobilisation précédente…

    J'aime

  9. Constat identique ici, bilan ( hors jours de carence, essence etc…) de 1500 euros de dépassements dont 200 euros d’imsi. Pour « seulement », 3 stimulations et 2 fiv ( parcours d’1 an ). Ma soeur qui bosse en mutuelle était effarée par les documents de dépassement de l’anesthésiste ( non remboursables) tournés de façon à ne pas être comptabilisés par la sécurité sociale ( pour lui) et non remboursables pour nous. Petit centre privé ( 45 mn l’aller), en rural tu n’as pas forcément le choix. Mais merci au système Français sans lui beaucoup ne pourrait assumer. Système perfectible mais qui a le grand mérite d’exister.

    J'aime

  10. Waouh… c’est très très bien écrit comme d hab… tout y est … ce paragraphe m a particulièrement ému…. « il ne faut pas voir là une revendication consumériste à un quelconque droit à l’enfant. Non, il s’agit d’une véritable détresse psychique témoignant tout simplement d’une aspiration à la vie : aimer, transmettre, vivre… »
    Bon w end Simone en espérant que ça va dans le bon sens ?
    Des bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s