Après vous avoir décrit ce qui l’avait menée vers l’hypnose, Simone vous raconte la séance en elle-même.

Les chiffres : 90 et 60.

Rien à voir avec mes mensurations. La séance a duré 90 minutes et m’a coûté 60 euros. Évidemment, c’est une somme, mais par rapport au temps passé, rien de scandaleux trouve-je.

Comment j’ai choisi le thérapeute ?

Tout d’abord j’ai fait une recherche dans les pages jaunes. Il y a toute une liste dans ma ville. J’avais repéré ce thérapeute depuis quelques mois déjà car il dispose d’un site internet plutôt bien fait avec beaucoup d’explications. Je lui avais envoyé un courriel lui expliquant me situation pour savoir s’il était en mesure de faire quelque chose pour moi. Puis, nous avons échangé par téléphone.

Malgré tout, en me rendant au rendez-vous j’avais l’impression de me lancer dans quelque chose « d’interdit ». Heureux hasard, son cabinet est à 10 minutes de chez moi à pieds. Comme si la proximité donnait de la crédibilité.

Le cabinet

Je suis arrivée 2 minutes avant l’heure dite et il est sorti rapidement avec le patient précédent qu’il a raccompagné et il est venu me chercher tout de suite. Dommage, j’aurais bien pris le temps de regarder toutes les brochures et affiches qui se trouvent dans sa salle d’attente.

Son salon est sobre et il y fait bien chaud. Un petit bureau avec son fauteuil à lui et un fauteuil pour le patient. Dans la pièce : un fauteuil confortable pour se tenir assis, un fauteuil où l’on peut être à moitié allongé et un canapé pour s’allonger tout à fait.

ruelle

Discussion

Il s’est installé et m’a fait asseoir sur le fauteuil de l’autre côté de son bureau. Et nous avons discuté pendant une heure environ. Cela ressemblait fort à une séance avec un psy. Il m’a demandé de lui expliquer ce qui m’amenait à le consulter et m’a posé de nombreuses questions.

Je l’avais déjà compris par nos échanges d’avant la prise de rendez-vous, il n’est pas spécialisé dans l’infertilité. Il ne s’en est d’ailleurs pas caché et m’a posé des questions sur la tristesse, le chagrin parfois très aigu que je ressens, la longueur du parcours, comment je fais face (ou pas) aux échecs.

D’emblée, il m’a expliqué qu’il ne pourrait pas me garantir de résultat. Autant il est en capacité de donner des statistiques de réussites pour les patients qui le consultent pour des addictions (tabac, nourriture…), autant sur l’infertilité, il ne se risque pas à un pronostic. De toutes façons s’il m’avait dit le contraire, je ne l’aurais pas cru. J’ai donc considéré que c’était plutôt un bon point.

Il m’a exposé clairement l’objectif de l’entretien : découvrir des failles ou des blessures dans ma vie sur lesquelles il pourrait « travailler » lors de l’hypnose proprement dite.

Il m’a posé des questions sur ma vie, mon rapport à la nourriture, la réussite sociale, le travail, ma famille, mon enfance. J’ai essayé de lui répondre le plus honnêtement possible. En bref : j’ai eu une enfance et une adolescence heureuse. J’ai grandi dans un milieu modeste économiquement mais qui m’a donné les armes nécessaires pour réussir. A force de travail et de chance j’ai fait de belles études et j’ai un métier intéressant. Depuis 10 ans, j’ai une vie de couple heureuse et épanouie. Je reconnais bien volontiers que mon infertilité est le 1er échec de ma vie.

Au fur et à mesure de la conversation, il m’a dit qu’il ne découvrait rien d’évident dans le récit de ma vie. Alors, j’ai cherché des points d’accroche, je lui ai tendu des perches. Mais pas de point d’appui évident selon lui.

A un moment, j’ai craint de ne pas pouvoir être hypnotisée. Je jetais des coups d’œil furtifs vers le fauteuil en me disant « mais boréal, quand est-ce que je m’allonge… »

Il m’a posé la question toute simple : « Mais pourquoi voulez-vous un enfant ? »

Je lui ai répondu que je voulais des enfants pour transmettre des valeurs et continuer la vie. J’aurais pu lui faire une conférence d’une heure sur le sujet, mais je me suis bornée à cette réponse.

Il a trouvé que j’intellectualisais un peu trop… Là, j’ai réagi un peu vivement en lui expliquant que depuis 7 ans d’attente, j’ai eu tout le loisir de me projeter et de réfléchir à pourquoi je voulais des enfants. Que si j’étais tombée enceinte quelques mois après à l’arrêt de la pilule, j’aurais à ce jour déjà 3 enfants et donc certainement un peu moins le temps d’intellectualiser ma vie. Que pour supporter les piqûres et les examens intrusifs, il faut un peu se demander le sens de tout cela.

Je lui ai expliqué que j’avais besoin d’analyser les choses graves et importantes qui m’arrivent dans la vie pour ne pas les subir de plein fouet. Faire un pas de côté et prendre d’emblée la posture d’observatrice m’aident aussi à être pleinement libre, ou en tout cas, à ne pas faire que subir les événements.

Depuis toute petite, j’ai toujours aussi le besoin d’imaginer ce qui peut m’arriver dans la vie pour échafauder des scenarii et toujours avoir une porte de sortie. Bref, cette projection permanente m’empêche de profiter de l’instant présent.

Je lui ai aussi raconté que croiser des femmes enceintes dans la rue a quelque chose d’un peu irréel pour moi. Comme si elles étaient surhumaines. Je suis toujours étonnée de constater à quel point elles ont l’air de trouver leur état « normal ».

Alors, il m’a proposé de retenir l’hypothèse suivante durant le travail d’hypnose : je dois essayer de « simplifier » mon infertilité, de ramener mon aspiration d’enfants à quelque chose de « naturel » pour qu’elle me prenne moins d’énergie et me facilite la vie.

 Je lui ai répondu que j’étais d’accord pour travailler sur cette voie.

Alors, enfin, il m’a demandé de choisir là où je voulais m’installer : le fauteuil assise, le fauteuil à moitié allongée ou le canapé tout à fait allongée. J’ai choisi le 2ème.

Entrée en hypnose

Il m’a demandé de fermer les yeux et de me concentrer sur ma respiration et ses paroles. Je ne saurais plus décrire ce qu’il m’a dit pendant les 30 minutes que cela a duré. Mais évidemment, cela tombait juste puisqu’il s’est servi de tout ce que je lui ai dit durant l’heure précédente. Physiquement, je ne me « sentais plus » mais intellectuellement j’étais bien consciente d’être dans son cabinet avec lui assis sur un tabouret à côté de moi. J’étais totalement détendue et si je l’avais voulu je n’aurais pas été capable de bouger ou de me lever. Plus précisément, cela m’aurait demandé une volonté et des efforts que je n’étais pas prête à fournir car justement j’étais dans un état très agréable. C’était comme si j’avais 2 niveaux de conscience : le 1er niveau où j’étais concentrée sur ma respiration et le 2nd niveau où j’écoutais ses paroles.

A un moment, il s’est tu, j’ai senti très clairement qu’il se levait pour rejoindre son bureau et je l’ai entendu écrire. Au bout de quelques minutes, il m’a demandé d’ouvrir les yeux. Ce que j’ai fait sans difficulté et je suis revenue à moi. J’avais des fourmis dans les mains alors que 10 secondes auparavant je n’étais plus consciente de mon corps.

J’étais dans les vapes comme lorsque l’on sort d’une sieste un peu longue.

Je suis revenue à son bureau. Il m’a indiqué qu’une 2nde séance lui semblait nécessaire, nous avons donc calé un rendez-vous. Ensuite, cela s’arrêtera car l’hypnose est une thérapie brève.

Conclusion ?

Évidemment, je ne suis pas en mesure de dire que cette séance va me rendre fertile et provoquer une grossesse. Mais lorsque 2 heures après ce rendez-vous j’ai appris que je traitement de la FIV 2 démarrait le soir même, je l’ai pris comme un signe à saisir. Il fallait que j’accepte que toute ma préparation mentale d’un traitement à partir de janvier soit remise en cause.

Au final et avec le recul, je peux dire que cette séance m’a fait beaucoup de bien et que je continue à décanter ce que nous nous sommes dit. Finalement, depuis 7 ans, je n’avais jamais eu l’occasion de parler autant de mon infertilité. Le rendez-vous obligatoire avec la psy de la PMA avait été assez expéditif, pas du fait de la thérapeute, mais du fait de l’organisation du centre.

A l’instar d’autres médecines alternatives, je pense que pour que cela soit aidant, il est important d’être motivé et acteur de la séance. Si l’on est passif, rien ne peut se passer. Il faut donner de soi. Naturellement, il faut être en confiance avec le thérapeute, si on ne le sent pas, inutile d’aller plus loin.

 Si cela vous intéresse, je vous conseille ce site où vous pouvez télécharger gratuitement des séances d’hypnose pour toutes sortes de situations : stress, difficultés de sommeil, confiance en soi, etc. Lorsque je me les passe, je ne suis pas dans le même état de détente que ce que j’ai connu avec le thérapeute, mais c’est une aide efficace pour de donner rendez-vous à soi-même.

rivire

Publicités

20 commentaires sur « Rendez-vous hypnose : le récit »

  1. Je suis bien contente pour toi que tu aies trouvé à 10min de chez toi un thérapeute qui semble être sérieux et qualifié. L’hypnose ne réglera pas forcément les problèmes d’infertilité (quoiqu’en disent certains journaux avec lequel j’avais eu le plaisir de m’entretenir) mais c’est un vrai soin de support et un allié précieux dans nos parcours labyrinthique. Je te souhaite de trouver tout l’apaisement nécessaire pour vivre au mieux cette Fiv

    Aimé par 1 personne

  2. Ce Rdv a dû te faire du bien, déjà de pouvoir exprimer des ressentis… Et de se sentir écoutée!
    Concernant l’hypnose, Julys m’avait aussi donné ce lien et j’appréciais particulièrement « bulle de ressourcement thérapeutique », qui m’a suivi pendant plusieurs mois! Ce n’est pas le même état hypnotique bien sûr mais cela me rendait zen et me permettait de bien dormir, ce qui est déjà pas mal!

    Aimé par 1 personne

  3. C’est vrai que finalement on ne parle pas de notre vécu, j’imagine que cela fait du bien de vider son sac à voix haute ! C’est vrai aussi que rien que de se poser en auto-hypnose, c’est prendre un moment pour soi, pour se recentrer, ça marche bien chez moi !

    Aimé par 1 personne

  4. J’écoute souvent un cd de sophrologie, merci pour ce site je vais pouvoir tester autre chose. Le fait que le praticien ait pris le temps de te rendre avant même de te recevoir est un signe de qualité à mon avis. La description de ta séance aussi d’ailleurs. Cette personne a l’air honnête et sérieuse. Et on n’arrête pas de dire qu’il fait lâcher prise en PMA c’est ce que tu as l’air d’être en train de faire on dirait 😉 (pas taper!)

    Aimé par 1 personne

  5. « depuis toute petite, j’ai toujours aussi le besoin d’imaginer ce qui peut m’arriver dans la vie pour échafauder des scenarii et toujours avoir une porte de sortie. Bref, cette projection permanente m’empêche de profiter de l’instant présent. » merci Simone, j’ai enfin compris pourquoi je n’arrivais pas moi non plus à être dans ce fameux « temps présent »…avec un mari bouddhiste qui me le rappelle x fois par jour + la lecture de la moitié des rayons de la fnac/Gibert/sauramps en développement personnel…ce qui rajoute à la culpabilité d’être infertile, la culpabilité de ne pas être dans le temps présent….LA HOOOONTE!!!! sérieusement merci, je mets à jour un fonctionnement qui va m’aider à comprendre (aah tjs ce besoin de comprendre également) merci aussi pour le tuyau du site sur l’hypnose, j’irai essayer. Concernant le besoin d’écoute, j’ai trouvé mon bonheur avec Estelle de « 1001 fécondités », ça m’a vraiment « sauvée » de la folie voire pire! bon courage pour la suite!

    Aimé par 1 personne

  6. Ton expérience donne vraiment envie !
    J’espère que cette médecine te permettra de te sentir mieux et d’aborder la tentative qui arrive avec davantage de sérénité. Les choses se avancent et c’est très bien ! Je croise déjà pour cette tentative, Simone !
    En tout cas, merci pour le partage; je vais peut être oser débusquer un hypnothérapeute grâce à ton récit.
    Des bisous.

    Aimé par 1 personne

  7. Merci pour nous avoir fait ton expérience! C’est un sujet qui m’intéresse et me fascine vraiment. Je n’ai pas franchi le pas d’aller voir un thérapeute. Je n’ai plus envie d’aller expliquer ce que je vis à des gens qui n’y connaissent rien et puis j’avoue que ça me fait un peu peur. J’ai plus ou moins tenté l’auto hypnose et je « pars » tellement facilement que ça me fait limite flipper. Je pense d’ailleurs que j’écrirais un article là-dessus un peu plus tard.
    Bises

    Aimé par 1 personne

  8. Du genre sceptique il y a encore peu de temps, je m’intéresse de plus en plus à des approches complémentaires qui peuvent apporter de la sérénité. Je me suis lancée dans l’acupuncture déjà, et ton expérience me fait envie de tester l’hypnose. J’ai un peu peur aussi de me « livrer » comme ça, mais pourquoi pas ! Merci Simone pour cette piste à creuser ;).

    J'aime

  9. Je n’ai jamais testé l’hypnose, même si ça aurait pu me tenter vu ce que tu en dit. J’avais plutôt essayé l’acupuncture… L’important je crois est de se sentir bien, ou le moins mal possible du moins. A chacun de trouver avec quoi. Et de lâcher prise aussi comme tu dis, mais c’est loin d’être évident ;-). Des bises Simone

    Aimé par 1 personne

  10. Pour lâcher un peu prise (au moins 10 mn quoi), j’avais testé des séances de relaxation dynamique avec ma naturopathe, qui a été je dois le dire ma coach durant quelques mois. Pas du tout spécialisée dans l’infertilité mais sensible au sujet pour des raisons personnelles. Je dis pas que c’est une solution miracle, mais ça aide, comme tes séances d’hypnose, â se trouver ailleurs et l’esprit reposé qqs instants.
    J’espère que le 2nd rendez vous te relaxera tout autant que le premier (ne rien prévoir après pour bénéficier des vertus de la séance ;)).

    Aimé par 1 personne

  11. C’est rigolo, je me retrouve en toi… Enfant, j’anticipais sur tous les scenarii possibles auxquels je risquais d’être confrontée… Comme le décès d’un de mes parents… Du coup, quand ça s’est produit pour de vrai, j’ai compris qu’on n’avait beau essayer d’anticiper, ça n’enlevait rien à la douleur et au manque… Et que finalement, on ne réagit jamais comme on l’avait imaginé !! Je pensais ne plus être capable de vivre si je perdais ma mère, et j’ai au contraire développé une furieuse envie de vivre et de profiter de chaque instant… Comme quoi…
    Le lien que tu as partagé est celui de l’institut avec lequel j’ai été formée.
    Je précise que pour moi, on est moins acteur en hypnose ericksonnienne (celle que tu sembles avoir essayé), qu’en hypnose humaniste (celle dont j’ai suivi la formation).
    La différence majeure c’est que dans l’une, le thérapeute parle beaucoup au cours de la séance, en utilisant des suggestions, ce qui laisse moins de place au patient pour qu’il s’exprime. Dans l’autre, le thérapeute échange durant toute la séance avec son patient, qui est amené à trouver ses propres solutions et à exprimer ses ressentis.
    Dans les deux branches, tu peux travailler sur l’enfant intérieur. Et je suis persuadée que c’est vraiment essentiel de guérir ses blessures, même inconscientes, de l’enfance. Je file lire la suite !

    J'aime

    1. j’ai l’impression qu’il y a moins de thérapeutes en hypnose humaniste, en tout cas, je n’en ai pas trouvé dans ma ville. En tout cas, j’apprécie beaucoup que le thérapeute me laisse parler comme il le fait, et il m’écoute. Il se met A COTE de moi pour m’aider, nous sommes dans une relation d’altérité contrairement à ce qui se passe avec l’équipe du centre PMA.

      J'aime

      1. L’hypnose humaniste est un courant assez récent en effet… Mais vraiment, c’est super intéressant comme approche !
        C’est indispensable ces temps d’échange que tu as avec le thérapeute. Mais c’est vrai que d’en avoir aussi sous hypnose, c’est très porteur…
        C’est vrai que cette sensation qu’on s’intéresse enfin à nous, contrairement à tous ces docs bien trop pressés, ça fait un bien fou !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s