Pour mieux vivre son attente en PMA, Simone a décidé de se marrer un peu. C’est pas toujours facile à tenir comme ligne de conduite mais elle s’est rendue compte que la gymnastique des zygomatiques avait une petite efficacité contre la gamberge. Alors elle essaie de vous en faire profiter. Attention, le billet qui suit c’est pour de rire, hein? Ne sur-réagissez pas en grimpant aux rideaux petites pétroleuses sans second degré que vous êtes! Nous sommes en 2015, c’est fake. Toute ressemblance, etc.

*****

La France fait face à des crises protéiformes : sociale, économique, financière, diplomatique et culturelle. La Nation sait pouvoir compter sur ses élites pour maintenir le cap dans la tempête. Reportage.

Dans le cadre des discussions relatives au Projet de Loi de finances pour 2016,  ministres et parlementaires s’investissent sans relâche pour faire avancer le bateau France malgré les vents contraires.

C’est devant une Assemblée Nationale à 73% masculine que le secrétaire d’État en charge du budget a remis à sa place une députée (Seigneur : qui garde les enfants?) qui voulait ramener la TVA sur les tampons et les serviettes hygiéniques à 5,5% soit autant que les plateaux de fruits de mer à emporter. Les moules y compris, oui.

Sans vouloir céder à la démagogie vers laquelle la funeste femelle voulait l’entraîner, le respectable secrétaire d’État a sobrement expliqué qu’un taux de 20% était appliqué « à la mousse à raser pour hommes ». Parce que quand même : « Va-t-on réduire son taux au motif que cette dépense pèse sur les hommes leur vie durant ? »

L’hystérique bonne femme a réagi avec un argument fallacieux selon lequel il s’agit de produits de « première nécessité » et « qu’avoir ses règles n’est pas optionnel ».

Homme de sang-froid, le courageux secrétaire d’État a su maintenir une argumentation de fond face à l’épouvantable commère : « Et les couches-culottes ? Le problème devient vertigineux : pour les bébés, le taux est à 20 %. Pour les handicapés, elles sont à des taux réduits », constata-t-il. « Nous ouvrons là des débats où, de proche en proche… nous ouvrons des boîtes de Pandore… »

Un argument qui a convaincu les élus, effrayés sans doute des abîmes de réflexion qui s’ouvraient devant eux.

Ne doutons pas que les rombières des ces élus respectables ont hérité de l’intelligence des siècles passés et savent comment ne pas gâcher l’argent du ménage : 10 gosses et 1 an d’allaitement à chaque fois, voilà de quoi alléger le budget tampons.

Si tu ne peux pas payer de tampons à ta femme, c'est que t'as raté ta vie
Si tu ne peux pas payer de tampons à ta femme, c’est que t’as raté ta vie
Publicités

17 commentaires sur « Le Gorafi en PMA #2 « Politique : le gouvernement décide que les moules doivent être moins taxées que les règles » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s