Simone doit parfois se déplacer pour le travail durant plusieurs jours. Dans son nouveau centre de PMA, estimant que des erreurs de dosage sont fréquentes et néfastes, les médecins ne veulent pas que les patientes se piquent elles-mêmes et imposent le recours à des infirmières. Voilà qui complique sacrément le quotidien lors des tentatives. Mais Simone est bonne fille et s’y soumet sans broncher. Le médecin lui dirait que chevaucher le monument aux morts de Tataouïne en chantant la Marseillaise peut améliorer sa fertilité, et ben, elle le ferait la Simone.

jongle2

Je ne suis pas en traitement FIV en ce moment mais je dois subir prochainement une hystérosonographie. 2 jours avant, je dois faire une prise de sang au petit matin et envoyer les résultats à la PMA l’après-midi. Tout ceci est très banal pour une PMette. Sauf que ces jours-là, je serai en déplacement professionnel à l’autre bout de la France. Je reviendrai pile poile pour l’hystérotruc. En effet, lors des phases de traitement, comme je dois être chez moi tous les soirs à 20h pour le passage de l’infirmière, il me faut inventer des fariboles pour éviter les déplacements professionnels. Alors, dès que je ne suis plus en traitement, je me précipite quand une réunion est prévue à pétaouch’  pour rassurer tout le monde au boulot : non, non, je ne suis par une tire au flanc.

Alors, la fille qui n’est pas une tire au flanc a repéré le laboratoire de pétaouch’ pour la semaine prochaine. Ouvert à 7h30 alors que ma 1ère réunion est à 8h. J’ai calculé qu’en me levant à 6h du mat’, je pourrai prendre le petit-déjeuner à l’hôtel avant que mes collègues soient levés et être à 7h devant le labo, conquérante, tel Armonstrong plantant la bannière étoilée sur la lune. Avec ça, je devrai m’assurer de passer la 1ère, devant les diabétiques et les vieux avec leur flacon d’urine dans des pots à cornichons. Par contre, ce que je n’ai pas encore intégré dans mon plan, c’est comment je vais récupérer les résultats. Le labo ferme à 18h. Je vais voir si je peux m’extraire de rendez-vous pour les récupérer, les photographier avec mon smartphone et les envoyer par mail au secrétariat du PMA. Voilà, voilà. Le surlendemain, sitôt arrivée  à la gare de Tataouïne (prions pour que la correspondance à Paris se passe sans encombre), je filerai à l’hosto. Et là, autre problème assez concret. Comment dire… Je récapitule : je me serai levée aux aurores, aurai mené une réunion matinale, trouvé le temps d’avaler mon micro-relax puis sauté dans le train avec mes collègues, débriefé du déplacement (préparation du compte-rendu), traversé Paris pour changer de gare et re-débriefé, attrapé un tramway pour arriver à l’hôpital. Voilà… Je risque de ne plus être très fraîche quand le moment viendra de me déshabiller pour écarter les jambes. Je peux parier sur un retard dans le rendez-vous pour espérer me rafraîchir dans les toilettes de l’hôpital mais les locaux où l’on se lave les mains ne sont pas fermés à clé. Je crains que la seule solution sera d’emporter des lingettes et de m’enfermer dans les toilettes du train. Bien glauque le plan… C’est officiel, cette hystéotruc sera sponsorisée par la SNCF.

Voilà comment transformer 2 jours de réunions en une expédition où je ne pourrai rien laisser au hasard. La PMA, c’est jongler sans cesse avec les contraintes et le temps, le sien, celui des médecins, celui du boulot…tout en gardant le sourire.

Allez, comme me dit souvent ma belle-soeur : « ‘T’as du bol, toi qu’as pas d’enfant, t’as que toi à t’occuper, c’est cool ».

baffe

Publicités

13 commentaires sur « La PMA, c’est la jongle impitoyable »

  1. Ah la la ça me rappelle trop de trucs, notamment les fariboles puis le rattrapage de déplacements au taquet. J’aurais pris l’option lingettes dans les toilettes de l’hosto. Parce que le train, yeurk quand même. Ou sinon, pense à checker les toilettes handicapés de l’hosto. Ils sont souvent équipés de leur propre lavabo et aissent plus d’espace pour déballer le matos. Et après tout on est quand même un peu des handicapés du boule, on a bien le droit. Pour le labo de tataouïne y aura sûrement moyen de récupérer les résultats en ligne ou de leur faire faxer à l’hosto ? Bordel on est en 2015.

    J'aime

    1. Merci pour l’idée des toilettes handicapés. Quant aux résultats en ligne, je ne suis pas certaine d’avoir une connexion qui fonctionne en déplacement et le fax s’est déjà avéré problématique. Mais tu as raison, je vais tenter quand même!

      J'aime

  2. Même les labos de tataouine ont des fax quand même. Et puis souvent ils ont l’accès aux résultats en ligne.
    Par contre je trouve ça dommage que ton centre impose les injections faite par IDÉE c’est quand même plus de liberté quand on peut se piquer soit même.
    Courage pour ce marathon tout de même.

    J'aime

  3. Oh punaise, je n’ai jamais autant stressé et galéré que lorsque je me faisais piquer par une infirmière (à 18h ! après trop tard, tu te démerdes). T’imagines comme c’était sympa de se casser du boulot vers 17h, inventer un prétexte à ta cheffe (et ce tous les jours de la durée de stim de la FIV1). Du coup, pour les FIVs suivantes, j’étais passée à l’autonomie. Punaise, j’ai respiré. Enfin le soir, j’ai respiré, le matin, c’était comme tu l’écris si bien : la course !

    J'aime

      1. Dans mon quartier j’en avais qu’une et pour la piqûre de 21h15 d’ovitrelle, je me suis dé-mer-dée : voulait pas passer. Bref, j’ai compris que je pouvais me faire toutes les piqûres moi même du coup

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s