laure

Cet été, Simon et Simone ont passé d’excellentes vacances à l’étranger, dans un univers culturel bien différent du leur. Ils ont visité, se sont promenés, ont fait de belles rencontres, Simone a connu des nuits avec du vrai bon sommeil réparateur, cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Une fois ou deux, sa dernière pensée avant de s’endormir fut : « Tiens, il me semble bien que la visite du temple machin-chouette m’a tellement emballée que, durant une heure, je n’ai plus pensé à la PMA ». Si, si, c’est vrai, c’est un petit miracle.

De retour à la maison après ce super voyage, au moment de reprendre le travail, je me dis que je ne souhaite pas reprendre le fil du quotidien comme avant, je veux changer des choses. Ne plus me faire bouffer toute crue par la PMA, par les montagnes russes entre l’espoir extrême et les échecs répétés, par les examens médicaux qui piquent et qui font mal au ventre, par les règles qui reviennent me narguer tous les mois.

C’est décidé, je m’auto-institue « Générale de la Reconquête de Moi-Même ». Reste à définir une stratégie de combat, m’armer solidement et partir à l’assaut.

Je n’ai pas de superpouvoirs, je n’ai pas gagné au loto, j’ai seulement la volonté d‘avancer pour tromper l’attente et mieux supporter l’épreuve de la PMA. Le plus simple est de commencer par dresser la liste de mes envies du moment.

 *****

Cher Père Noël, chère moi,

A l’occasion de la rentrée, voici ce que je voudrais :

1/ Moins travailler, avoir du temps pour moi

Cela me semble être le prérequis indispensable pour mieux profiter de la vie. Entendons-nous bien : je suis tout à fait consciente de la chance immense d’avoir un travail… qui me plaît… et qui est bien payé. Il ne s’agit pas de changer de travail à court terme, mais de profiter de mon investissement des années passées. De plus, je sais bien que prise de poste rime mal avec PMA. J’occupe un boulot à responsabilités concentrant des enjeux importants pour la boîte. La charge de travail est lourde, je fais face. Je pense néanmoins avoir des marges de manœuvre pour dégager du temps. J’ai lancé et réussi pas mal de choses sur mon poste ces dernières années. Il est temps de lever un peu le pied et de récupérer les dividendes. Regardant aussi un peu autour : je ne trouve ni de supermen ni de superwomen, il est donc inutile de continuer à s’épuiser pour espérer être Miss Parfaite.

Moins travailler signifie rentrer le soir à une heure décente, ne pas ouvrir les dossiers après dîner ou le week-end. C’est bien joli tout ça, mais il va falloir l’occuper tout ce temps libre. Parce que c’est bien pratique les soirées au boulot sur le dossier machin-truc, ça évite de laisser les pensées sombres tourner en rond…

2/ Epargner

Depuis dix ans que je travaille, je n’ai pas mis un sou de côté. Certes, j’ai investi : des formations complémentaires, deux voyages, l’acquisition d’un appartement, des travaux. Même si suis très loin d’être dans la difficulté, je pressens quand même que me constituer une épargne m’enlèverait un certain poids psychologique. En somme, un bébé peut arriver, même en cas de coup dur financier, j’aurai de quoi l’accueillir. Je ne pense pas qu’il faille être riche pour avoir des enfants, cependant, il ne faut plus vivre uniquement pour soi et dans l’instant présent. Enfin, si jamais la PMA ne pouvait plus rien pour nous en France, il faudrait avoir les moyens de poursuivre la galère l’aventure à l’étranger. Le temps est venu de réorganiser mes finances.

3/ Perdre du poids

Cela peut paraître contradictoire avec mon rêve de grossesse, mais pas tant que ça. Depuis la fin de mes études, j’ai dû prendre environ 12 kilos. Pour schématiser : 1/3 arrêt du sport, 1/3 goût de la bonne chère et 1/3 traitements hormonaux. Alors, je ne veux plus laisser les kilos s’accumuler. Je veux être bien dans mon corps pour attendre une grossesse dans les meilleures conditions physiques et savoir que j’aurai la capacité à retrouver mon poids de forme après un accouchement.

4/ Acheter un nouveau téléphone

Mon téléphone portable personnel est tout pourri, se décharge en 2 temps 3 mouvements, ne va pas sur internet. Je sens bien qu’il est au bord de craquer. Je ne souhaite pas non plus acquérir un bijou technologique de dernier cri. Cet achat pourrait tout à fait constituer la récompense des premiers kilos perdus (et hop, je retombe sur mes pieds, quelle cohérence !).

5/ Faire du sport

C’est autant une nécessité qu’un besoin. Mens sana in corpore sano disait l’ami Montaigne. Me bouger est un impératif et occupera quelques-unes de mes soirées désormais non laborieuses.

6/ Lire

Je suis une littéraire, enfin j’étais. Force est de constater que je lis de moins en moins de livres, beaucoup d’articles de presses, d’essais, mais quasiment plus de littérature, celle qui remplit, qui enthousiasme, qui porte loin. Je dois bien avoir une quinzaine de livres qui attendent sur ma table de nuit.

7/ Moins glander, mieux s’amuser

Je suis effarée par le temps que je perds chaque jour à glander. La glande c’est l’entre-deux pernicieux : ni tout à fait du travail, ni tout à fait du loisir. Faisant le compte des heures passées sur candy-crush, les réseaux sociaux ou encore affalée devant des émissions télé débiles, je m’auto-terrifie.

8/ Voyager, visiter

J’ai finalement peu voyagé jusqu’à présent. Après notre super voyage de cet été, je sens bien que le voyage appelle le voyage. Pour l’été 2016, Simon et moi avons le projet de retourner voyager loin. C’est un très beau projet à deux, qui nous demandera du temps de préparation, des lectures, des discussions.

J’espère bien que ce projet n’aboutira pas tout de suite car je serai enceinte jusqu’aux yeux à ce moment-là !

Sans forcément prendre l’avion ou le train, la visite d’un musée ou d’une abbaye dans la région peut aussi générer une forme de dépaysement.

9/ Mettre mon CV à jour

Pas pour changer de travail, mais pour valoriser ce que j’ai accompli ces dernières années, pour me rassurer, me prouver que je sais aussi réussir des choses.

10/ Améliorer mon niveau en langues étrangères

Malgré toutes mes années d’école, de collège, de lycée et d’études, mon niveau en langues est désespérant. Je n’ai pas l’occasion de pratiquer les deux langues apprises régulièrement et je suis en train d’oublier tout ce que j’avais réussi à apprendre. C’est dommage.

11/ Cultiver mes amis et mes connaissances

On ne le dira jamais suffisamment : la PMA isole de son entourage. Parce qu’il y a des conversations auxquelles on ne peut pas participer, parce que l’on a peur d’être interrogée (« et vous, vous y mettez-quand ? »), parce qu’avec les piqures et les arrêts de travail, c’est dur de planifier des sorties longtemps à l’avance. Peu à peu il y a des amis qui pourtant me sont chers que je vois moins. Je dois reprendre l’initiative et lancer des invitations.

Voilà cher Père Noël et chère moi, j’ai bien conscience d’avoir été un peu longue. Fallait que ça sorte, c’est désormais écrit, ça fait du bien, ya plus qu’à.

Bisous, Simone.

Publicités

6 commentaires sur « La liste de mes envies »

  1. Bonjour Simone, je découvre ton blog via le dernier post de madame Pimpin. Je me reconnais dans pas mal de tes souhaits et j’espère qu’a là fin de l’année tu pourras en cocher le plus grand nombre. Pour ma part ca se fait lentement, très lentement, mais rien que la reprise de la lecture (merci le nouveau job moins prenant) ca fait beaucoup de bien !
    Bon courage !
    Biz

    J'aime

    1. Bonjour Little Wife, merci de ton message. J’ai fini hier soir le livre de Lyonel Trouillot, La belle amour humaine. Même s’il ne traite pas du sujet PMA, l’histoire tourne autour de la question « Quel usage faut-il faire de sa présence au monde? ». Belle résonance avec nos parcours heurtés… Biz

      J'aime

  2. bonjour!! je viens moi aussi de découvrir ton blog, et j’ai souri, eu la larme à l’oeil (flashmob en espagne, j’adore et ça me fait tjs le même effet…), bref, ça fait du bien de te lire! rentrée aussi, je commence à faire la liste de ce que je veux vivre! j’ai l immense chance d’avoir un petit garçon (3ans) que nous avons eu suite à une FIV icsi. je vous souhaite que votre parcours se termine ben vite, et que votre voyage de l’été 2016 sois reporté 😉
    Bisette!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s